à Médiapart, c'est la liberté d'expression

17/10/2014 12:50

 

 

Un des grands avantages, mais pas le seul, de Médiapart est que chacun des abonnés dispose d’une ou même de deux tribunes pour s’exprimer, sans autre censure qu’une relative bienséance. Et personnellement j’en profite largement quoique souvent en désaccord avec la doxa ambiante, n’étant pas un inconditionnel de Monsieur Mélenchon.  La seule censure à mon égard est l’absence de lecteurs de mes billets. Mais c’est ça la liberté.

D’autres abonnés, par contre, sont franchement des vedettes. Certains méritent amplement ce statut. Je pense à Vingtras, et à sa grande sagesse, mais tout le monde n’a pas la chance d’être descendant de Jules Vallès.

D’autres sont plébiscités de par leur talent à moquer le Gouvernement. Ainsi, sous le titre de : 

               « François H., Manuel V., prêts à tout pour leur nouvelle religion » 

Monsieur Stéphane Lavignotte a obtenu récemment grâce à une critique cinglante de Hollande, Vals et Cie,  56 réactions et 47 recommandations.

 

 Mais il faut dire, que la critique se trouvait emballée dans du papier de soie, celui d’un humour tout empreint de charité chrétienne qui, avec un grand sourire,  vous tire l’oreille mais sans vous l’arracher vraiment. La moman du petit François se demandait comment son fiston avait pu perdre la Foi en s’abandonnant dans les bras d’une prostituée nommée « la Grande Finance », tandis que son complice Manuel fait la honte de sa famille en allant se recueillir sur la tombe de Franco.

Stéphane lavignotte a la dent dure, mais celle-ci est en or. Et si l’on sait que ce saint Chrysostome est dans le civil, pasteur protestant, le prêche acquiert d’autant plus de valeur, il est quasiment sacré, intouchable.

Intouchable ? Pas vraiment. Un lecteur n’a pas du tout apprécié. Sous le nom de « Darladirladada » il a protesté :

«  Je trouve incroyable, voire indécent qu'un pasteur, donc un homme qui a fait du pouvoir absolu son gagne-pain (dieu = omniscient, omnipotent) se moque des dérives totalitaires d'un pouvoir séculier.

Navré d'aller à contre-courant de tous les éloges précédents, mais vous n'êtes pas crédible. »

 

Enfin un opposant ! D’où mon désir d’ajouter mon grain de sel :

 

«Ouf, quelqu'un qui prend du recul par rapport à ce joyeux lynchage, car qu'il est doux  de tabasser sans risque !

Monsieur Stéphane Lavignotte a l’extrême gentillesse de nous mettre en garde contre une politique qu'il n'apprécie pas vraiment. Et pour ce faire, il compare avec beaucoup d’humour ce Gouvernement français à ce qu'il y a de pire : une religion !

Une religion ça obéit à un dieu. Lequel ? Le choix ne manque pas. Bacchus, dieu du vin, n’est pas mal, Vénus a du charme, Christ fait sérieux, Cybèle est dans l’air du temps, Yahvé ? non, celui-là, chasse gardée, Asclépios, dieu de la médecine, ça peut toujours servir,  Mahomet a du succès en ce moment, mais peut-être moins que Cupidon… autrement dit, il y a le choix. L’inconvénient avec tous ces dieux, c’est qu’ils se font concurrence, et donc la guerre. Chacun tente de racoler le chaland, question de prestige, et d’intérêt financier, d’où la férocité des échanges. Parmi les religions, vous avez les exclusifs, qui ne prennent pas n’importe qui, d’autres au contraire ratissent large et se disent inclusifs. Allez donc savoir ce que ces religieux ont derrière la tête pour s’échiner à vous séduire. Chacun prétend détenir la vérité vraie, celle qui va vous guérir d’être en vie. Alors dire, même pour rire que ce Gouvernement qui se veut laïc est une religion pourrait passer pour une insulte, si l’on ne devait reconnaître que Stéphane Lavignotte, pasteur de l’Eglise Evangélique Réformée mais inclusive a un sacré sens de l’humour. »

 

En fait, autant j’estime que nous devons tous manifester un infini respect pour toute religion, qui est l’empreinte profonde de poésie, de merveilleux et de mythologie qu’a laissé chez chacun la toute petite enfance et qui permet à beaucoup de trouver sens à leur vie, autant je crois toxique et mortifère une religion qui veut s’imposer en tant que théocratie, comme aujourd’hui c’est le cas d’Israël, du Djihad et quelques autres.

D’où la sagesse de la République française d’être laïque, c'est-à-dire qui respecte et fait respecter la vie de ses citoyens.

D’où insinuer que le Gouvernement Français « entre en religion » c’est lui faire injure. Toute théocratie est dictature.

Par contre Stéphane Lavignotte a bien sûr le droit d’estimer que François Hollande est devenu le défenseur des riches et persécuteur des pauvres. Il peut en être d’autant plus outré que « sa maison Verte » à Paris tente le contraire. Sa critique mérite examen.

 

Pour ma part, avec d’autres et grâce à eux, je pense que François Hollande n’a pas pu imaginer qu’en briguant la présidence de la République, il tombait dans un piège dont il ne pourrait sortir. Et personne ne pouvait le savoir. Il fallait expérimenter la situation pour le découvrir.

 

Le piège, c’est la Vème République.

 

La cinquième République a été taillée sur mesure par et pour un homme, un seul, De Gaulle.

Personne d’autre que De Gaulle ne pouvait entrer dans son costume. Sortez de la naphtaline ce costume et faites le enfiler par François Hollande, quel succès de clown !

Cette Vème République était bâtie pour un homme dont l’ambition personnelle coïncide avec celle de la France. Il ne veut rien pour lui. Seule la grandeur de la France, humiliée en 1940, compte.

Giscard d’Estaing n’est pas aussi désintéressé ni visionnaire. Il flottera dans le costume.

Mittérrand, fin barreur, tient d’autant mieux son rôle qu’il porte les espoirs du petit peuple, de la Gauche. Mais le Pouvoir use, et la tentation est grande de vouloir garder la main. Les écoutes.

Avec Chirac, ce sont les combines qui entre à l’Elysée, les basses manœuvres.

Puis c’est l’ahurissant règne du roitelet Sarkozy, les magouilles, la corruption, la démagogie. Une caricature de République.

François Hollande est élu ! Avec une étiquette réglée pour un monarque, un palais et ses ors, une Constitution qui dépose le Pouvoir dans les mains d’un seul homme, tout est fait pour déstabiliser un socialiste honnête dans une période chaotique.

 

La mission de Hollande à présent, c’est terminer le travail de maintenance entrepris et mettre en place un sixième République qui soit gérable pour et par le peuple, des élus réduits à la stricte utilité, sans avantages exorbitants, un statut de président taillé pour être tenu par un homme normal, c'est-à-dire intelligent et honnête. Ni escroc, ni sectaire. Ça doit bien exister.