Après nous le déluge

24/06/2016 23:35

Après nous le déluge

 

L’Angleterre s’est prononcée pour sa sortie de l’Europe.

J’aimé la colère de Daniel Cohn Bendit ce soir au JT disant en quelques mots la honte d’une telle décision. Honte parce que la campagne a été menée sur une tissu de mensonges, distillés en direction d’une catégorie de la population, les vieux.

Or ces fausses informations étaient inutiles, ces vieux se moquaient de la vérité. Il leur suffisait que des politiciens malhonnêtes  attisent une nostalgie l’emportant sur toute logique : retrouver quelque chose de la splendeur de l’Empire réduit à peau de chagrin, mais qui avait été construit sur les cadavres de tant de peuples, tel ce si valeureux conquérant, Lord Jeffery Amherst, qui massacra les populations indiennes, y compris les nourrissons (à un soldat qui hésitait : Tue-le, les lentes deviennent des poux !).

Ce qui importait chez ces vielles et vieillards était de retrouver le superbe isolement d’antan, de quand le soleil éclairait continûment l’Empire, et de s’offrir un dernier petit plaisir avant que de mourir, étouffant le désir des jeunes générations qui voulaient de cette Europe et vivre en fraternité avec d’autres peuples.

Ce Brexit n’est qu’un égoïste conflit de génération à l’échelle d’une nation et qui n’a rien à voir avec l’humour dit anglais. Vieux mourants contre jeunes tournés vers l’avenir.

Car non contents de saboter l’avenir de leurs propres enfants, ils laissent se noyer par milliers les personnes qui tentaient de trouver ailleurs que chez eux un asile. Des fois que des sauvages qui ne parlent même pas anglais viennent perturber leur sacro-sainte heure du thé.

Honte à ces vieux et ces vieilles anglaises.