Christiane Taubira présidente des Français

29/01/2016 14:04

 

 

Christiane Taubira aura tenu bon, jusqu’au dernier moment, pour tenter faire vivre une étincelle d’âme de la Gauche au Gouvernement. Dès le début de son entrée en politique, elle se bat pour la défense des humbles, des méprisés, des bannis, des exploités. Elle est la chartre des droits universels de l’homme en action. Elle ferraille sans merci contre l’imbécilité des xénophobes, misogynes, homophobes et autres semeurs de haine. Ses réponses mordantes renvoient ces gens à leur débilité.

Son appartenance à un gouvernement qui mène une politique de plus en plus étonnante pour le peuple de Gauche surprend. Trahirait-elle, elle aussi, comme le fait Hollande, les idéaux républicains ? C’est bien mal la connaître. Jusqu’au bout elle tient bon, sans doute dans l’espoir de rappeler au Président, par sa présence, qu’il a été élu par le peuple pour sortir le Pays de l’emprise de la marchandisation mondiale qui transforme les travailleurs en « stücks », la planète en dépôt d’ordures, les empires en décors de carton-pâte à exploser.

Elle a tenu bon, malgré l’ambiguïté de sa présence. Car non seulement, au nom du pragmatisme, Hollande menait de plus en plus une politique économique libérale, mais son habileté légendaire dans l’art de godiller lui faisait flirter dangereusement avec les écueils que dressaient sur sa route notamment le terrorisme. Au lieu de garder son calme, de ne pas céder à la panique du public devant les atroces manifestations de malades, il apportait des réponses stupides prétendument sécuritaires, et qui, démagogiques, étaient expression de faiblesse. La même que manifestent les dictatures. Prolongation de l’état d’urgence.

Mais ce que, je crois, ne put cautionner par sa présence Christiane Taubira, fut la volonté obstinée de Hollande de vouloir appliquer la « déchéance  de nationalité ».

Par cette mesure, François Hollande avait franchit le pas décisif qui lui faisait mettre les deux pieds en territoire de l’arbitraire. Hollande s’est affirmé résolument comme faisant partie du camp des Droites extrêmes.

Il avait quitté le parti des cosignataires de la déclaration universelle des droits de l’homme.

Trahison inadmissible pour Christiane Taubira. Cette fois, la situation était claire. Hollande n’étant pas plus de gauche que son gouvernement, elle n’avait plus rien à faire dans une telle aventure.

Question d’éthique, de respect des valeurs, des citoyens de Gauche, d’elle-même.

Chapeau, Madame !

Aussi, devant un tel exemple de probité, de compétences, d’humanité, j’estime qu’il n’est pas besoin d’une primaire à gauche pour désigner la personne la plus digne de fédérer toutes les forces de gauche, de définir un programme solide à proposer aux français en 2017. Pour moi, Christiane Taubira est la candidate qui s’impose à la prochaine élection présidentielle.

Christiane Taubira présidente, la France pourra de nouveau espérer.