De la nécessité d'élire des députés compétents

08/06/2014 15:07

De la nécessité d'élire des députés compétents

 

        

        Il n’est pas nécessaire d’être politologue pour constater que les électeurs sont pour la plupart désemparés, et que beaucoup n’accordent plus leur confiance aux hommes politiques. Le précédent quinquennat a discrédité la fonction présidentielle que les révélations du Bygmalion ne viennent qu’amplifier, et c’est François Hollande qui, pour partie, en paie aujourd’hui la facture.

        Pourtant la refonte des Régions parait être l’occasion unique de redonner espoir aux français.

        Mais comme J.J. Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes l’a écrit à Madame la Ministre Marylise Lebranchu, la tournure que semble prendre cette réforme ne paraît pas, loin de là, tenir les promesses annoncées : les vraies décisions se prendraient comme d’habitude en haut-lieu et les régions n’en seraient que de simples exécutantes, sans véritable pouvoir.

        Ce serait lamentable.

        Car si la France peut se redresser, ce ne sera qu’en faisant totalement confiance aux Régions. Elles seules sont en prise directe et permanente  avec le terrain. Grâce à ses  divers acteurs, elles  en connaissent les possibilités ainsi que les limites. Elles seules sont en capacité d’agir efficacement.

        Par ailleurs, le désamour des français pour la politique touche les parlementaires. Les électeurs sont sensibles aux petits scandales du Sénat, à la logorrhée emphatique de certains députés qui monopolisent la parole, à l’impossibilité des « petits députés » de se faire entendre et qui n’ont  que le droit d’entériner par leur vote les consignes de leur parti et non de défendre leurs électeurs. Ainsi tous ces dysfonctionnements décrédibilisent la fonction actuelle de parlementaire. Il serait temps d’en modifier le recrutement.

Or qui plus qu’un Conseiller Régional, élu au suffrage universel, peut mieux représenter les électeurs de sa Région et comprendre les collègues des autres Régions, évitant ainsi de stériles affrontements idéologiques. La compétence de ces personnes est d’autant plus importante qu’elles travaillent quotidiennement en équipe et qu’elles bénéficient de l’éclairage du CESER, (Conseil Economique, Social et Environnemental Régional). Leur  compétence est supérieure à celle d’un(e) député(e) actuel(le), solitaire, perdue dans la masse, qui n’a de références que celles de son parti, de ses qualifications, si elle en a.

        Ces personnes, les Conseillers Régionaux, parties prenantes de la vie des Régions, ont toutes les compétences pour coordonner efficacement en Assemblée Nationale Plénière la vie de la totalité du Pays, et débattre  avec le Président de la République et son Gouvernement, et donc être député(e)s. Alors la France retrouvera son dynamisme.

        La Nouvelle Assemblée Nationale composée uniquement des Conseillers Régionaux élus au suffrage universel retrouverait enfin le respect qui lui est dû, et renforcerait le pouvoir véritable des Régions et la cohésion du Pays.

       L’Assemblée Nationale actuelle est  devenue une masse hétéroclite qui joue à s’affronter dans des joutes picrocholesques, davantage obstacles entre la Présidence, son Gouvernement et le peuple qu’intermédiaires efficaces, et véritablement représentatifs de leurs électeurs. La représentation directe au niveau national de chaque région serait une véritable révolution !

         L’Assemblée Nationale telle qu’elle est aujourd’hui a eu son utilité. Mais il est temps de la faire évoluer. Si les Régions peuvent à présent pleinement jouer leur rôle, les députés actuels et peut-être le Sénat, deviennent des doublons coûteux, désormais inutiles. Il faut oser les supprimer en changeant le mode de leur recrutement.

 

Les législatives seront une élection qui par un seul vote, éliront des personnes qui seront et Conseillères Régionales et députées.