Débilité assassine

14/11/2015 15:54

 

Ce titre mérite précision. « Débilité » est ici pris dans le sens strict du dictionnaire : « extrême faiblesse d’un organe ou d’une faculté humaine ». Il n’est donc pas une insulte mais un constat, et finalement concerne chacun d’entre nous. Nous sommes tous débiles en quelque chose, soit physiquement, surtout lorsque comme moi, on vieillit, soit intellectuellement : quoiqu’ayant été « universitaire », mes connaissances  ne sont en rien universelles et, les années passant je n’ai pu que constater mes immenses lacunes. Si j’osais, je dirais que la débilité est le propre des humains, mais que leur grandeur est d’en avoir conscience.

Par contre, lorsque j’ai lu que la définition de « débilité mentale »,  « Insuffisance du développement intellectuel qui ne permet pas au sujet de répondre aux sollicitations et aux exigences du milieu. », j’ai l’impression que cette affreuse nuit parisienne ponctuée d’assassinats signifie tout à fait le contraire. Les assassins en question sont bien évidemment des débiles mentaux, mais s’ils le sont, c’est précisément parce qu’ils répondent aux sollicitations et aux exigences du milieu étriqué de leur naissance. C’est ce milieu pétri de superstition, avide de domination, qui abolit chez ses enfants tout esprit critique, en en faisant des oies gavées de préceptes haineux, des automates décérébrés, shootés à l’espoir de jouir de mille vierges virtuelles, les vraies leur échappant.

Nous sommes démunis face aux assassins de cette nuit parisienne dont la débilité les fait se soustraire à tout raisonnement, à toute culpabilité puisqu’ils détiennent l’indiscutable Vérité. En fait, croyant obéir à leur dieu sanguinaire, ils se prennent pour ce dieu et l’insulte en décidant de la vie, de la mort d’innocents.

Ils  nous laissent sans voix. Ils nous privent de ces mots faits pour mettre du sens sur ce que nous vivons, car ce qu’ils font est insensé.

Que dire aux survivants marqués dans leur chair et leur cœur à jamais ? Que dire aux proches des personnes mortes. Qu’ils sont les victimes de cons ! Oui, et puis après ? Ça  n’explique rien. Les assassins robotisés n’ont eux-mêmes pas de réponse.

A ceux qui tenteraient de répondre à la stupidité par la stupidité de la violence, de la haine, ils ne feraient que ternir eux-aussi un peu plus l’idée que nous avons de ce qu’est l’Humanité.

Dans l’immédiat, bien sûr tenter de limiter les risques, faire le dos rond et ne pas succomber à la méfiance généralisée, ce serait devenir complice. Nous devons analyser les causes premières de ces dévoiements pour en tarir la source.

L’humanité a contribué à la richesse de notre fragile planète, ce serait dommage de la voir disparaître.