Décoder n'est pas déconner

04/02/2015 14:08

 

Le « Monde » publie dans son édition globale une rubrique intitulée « Les décodeurs ». La chartre qui engage cette initiative, rigoureuse, exigeante, promet aux lecteurs un terrain d’informations et de réflexions passionnant.

Au menu du jour : Notaires, travail dominical, secret des affaires : face au lobbying, les reculades d'Emmanuel Macron.

LES NOTAIRES : Voici une profession qui, préservant et défendant les intérêts, notamment fonciers, des révolutionnaires de 1789, a su échapper au grand souffle de justice de l’époque et non seulement a pu conserver, mais aussi amplifier ses nombreux privilèges. Et Monsieur Macron, qui dans un souci de justice face à des gens qui touchent allégrement des multiples de SMIC, a essayé d’en atténuer l’indécence. Il s’est montré présomptueux, sous-estimant totalement l’intensité du lobbying du Conseil Supérieur du notariat non seulement auprès de députés, mais aussi face au grand public. Cette instance s’est offert des pages entières dans la presse, journaux nationaux notamment, pour expliquer auprès des braves gens qu’ils exploitent combien ils sont les bienfaiteurs de l’humanité. Toucher à leurs privilèges c’est mettre en périls l’emploi de milliers d’employés qui sans eux seraient dans la misère, pointeraient au Pôle Emploi. Comme ils sont bons ces maîtres-là, comme ils savent prendre soin de leur petit personnel !

Quant au tout-venant, à la masse des français, comment voulez-vous qu’ils s’en préoccupent puisque ceux-ci n’ont pratiquement aucun bien qu’ils puissent leur confier. Ça n’est quand même pas le bout de champ anémique hérité de la tante ou la baraque en ruine laissée par le  père qui vont les enrichir. Des héritages comme ça, ce n’est que du souci et ça ne  rapporte rien.

 Non, le notariat est en fait sacerdoce. Il faut au notaire tout le tact et la diplomatie des grands ambassadeurs pour éviter de terribles guerres fratricides, car plus grande est la richesse, plus féroces sont les luttes. Sans les notaires, les puissances financières s’effondreraient, réduisant la France à l’état de squelette.

Non, Monsieur Macron, surtout ne touchez pas à cette noble profession qui, de père en fils, assure la cohésion de la France. C’est l’Argent, Monsieur, le ciment du Pays, qui unit ceux qui en disposent, et qui fait espérer ceux qui n’en ont pas.

LE TRAVAIL DOMINICAL

Alors là, pas touche. Cette question est sacrée. Domaine réservé. C’est une question de principe. Pas une question de croyance. On ne travail pas le dimanche ! Point d’exclamation. Il ne faut pas gratter pour savoir ce que ça cache. Que la CFTC vous raconte que c’est le jour du Seigneur, pourquoi pas si ça sauve le Principe, mais la CGT n’a pas besoin de ça, sa foi de charbonnier lui suffit, car elle, elle va au charbon. L’intérêt de tous les travailleurs lui a dit  « On se repose ». Elle le sait. Ça lui a été révélé. Que ça arrange des tas d’employés, d’ouvriers, et même d’autres, surtout d’autres, qui voudraient voir ouvrir les magasins et aller faire leur courses, décontractés, un loisir, on s’en fout, c’est pas du collectif, c’est de la foule, inintéressant.

 Que ça crée plein d’emplois, que ça permettent à plein de gens d’arrondir leur fin de mois, de joindre les deux bouts ? ça ne réponds pas aux consignes syndicales, donc à rejeter ! Donc, pas question, plutôt crever !

LE SECRET DES AFFAIRES

Vaste question, délicate, mieux vaut la réserver pour plus tard, donc : à suivre. Et ce ne sera pas facile, là aussi, les lobbys…