Dieudonné M’balla M’Balla

08/09/2014 15:58

J’ai consulté la liste des 200 et quelques humoristes français pour savoir si Dieudonné M’balla M’balla pousserait l’obscénité jusqu’à y figurer. Quand, au début, il se donnait en spectacle, il prétendait en effet être de ces artistes professionnels mais il transpirait si fort la haine que ceux-ci n’ont pas, je suppose, supporté son haleine. Car si «  humour » rime avec amour mais n’en est pas nécessairement l’expression, il ne peut se nourrir de la haine, synonyme de meurtre.

Or le personnage que joue cet homme vient de préciser son contour : il méprise tant les autres qu’il se délecte de la souffrance des parents du journaliste américain décapité par les terroristes : « Détendez-vous, leur dit-il, vous commencez à accéder à la civilisation. »

L’horreur absolue !

La folie ? D’une certaine manière, peut-être.

Je soupçonne cet homme de se mépriser si fort lui-même, de se sentir si inexistant  (a-t-il un jour été aimé ?), qu’il tente de se faire haïr  par la terre entière, au point que les humains normaux pourraient souhaiter lui faire subir le sort de James Foley, ou égorger sa compagne  et, qu’accablé, on puisse le provoquer comme il l’a fait lui-même. La politique ne l’intéresse que dans la mesure où elle lui permet d’exprimer la profondeur de son désespoir.  Ce faisant, il existe, il est  célèbre enfin, connu, reconnu.

Plutôt être considéré comme abject qu’ignoré.

Pitoyable tentative de faire partie de la communauté humaine.