écrire au Président de la République

19/05/2015 15:35

Dans notre belle république, chaque citoyen peut, s’il le désire, écrire à son Président. Il suffit de se présenter grâce à un questionnaire succinct et de déposer son message dans l’espace prévu, puis de reproduire un code proposé pour éviter les messages automatiques, et enfin d’enregistrer. Ce que je fis.

Un message vous signale alors instantanément que vous avez reçu un mail qui vous permettra de confirmer votre envoi. Or de mail, rien.

 J’ai ainsi recommencé la procédure plusieurs fois, à des jours et heures différents, me faisant même assister par une personne plus compétente que moi en matière d’informatique, mais le résultat reste le même : je ne parviens pas à envoyer mon message.

De guerre las, en espérant me faire lire (c’est beau l’espoir !) j’adresse cette lettre ouverte :

 

Monsieur le Président de la République,

Je fais partie de ceux qui, conscients de la difficulté de gouverner la France, vous accordent leur confiance.

Je crois par ailleurs nécessaire une action dans la continuité, aussi je verrais avec satisfaction votre élection en 2017.

Le bilan, que je trouve positif, du mandat actuel ne suffira sans doute pas à une réélection, tant l’appétit de vos concurrents est féroce. Mais il me semble qu’une proposition explosive et permettant une gouvernance faisant de la France un pays plus réellement démocratique ne peut que répondre aux attentes exigeantes de plus de la moitié du Pays :

Appliquer l’idée que je trouve géniale et indispensable de Monsieur Dominique Rousseau, la création d’une Assemblée Sociale, venant éclairer et équilibrer les décisions de l’Assemblée Nationale.

Cette création pourrait n’entraîner aucune dépense supplémentaire si les biens et le budget alloué au Sénat, instance que j’estime inutile, voire nuisible, étaient attribués à cette nouvelle Assemblée.

Si votre programme comprenait cette décision lui permettant de se faisait réélire, point ne serait besoin d’un référendum pour entériner celle-ci.

Je ne sais le sort que, s’il vous arrive de me lire, vous accorderez à ma proposition mais il me paraît moralement nécessaire de vous la soumettre.

Avec mes respectueuses salutations,

                                                 Jean-Marie Charron

 

Suit : La France des notables contre la France du peuple

16 MAI 2015 |  PAR JEAN-MARIE CHARRON  (paru sur Médiapart)

 

Voir  le billet precedent….