Gouvernance : Trump aux USA, Johnson en Angleterre, Le Pen en France

26/11/2016 12:59

 

Trump aux USA, Johnson en Angleterre, Le Pen en France, telles seront les dirigeants en 2017 si les français ne se réveillent pas de la fascination pour le virtuel qui gouverne à présent les campagnes électorales.

L’outil génial qu’est l’informatique, a ouvert à qui peut l’utiliser, un champ illimité à l’imaginaire. Les techniques qui en sont issues rendent passionnantes les promenades dans des mondes virtuels dont l’attrait est si fort qu’il peut pousser à se détourner du morne paysage quotidien de la réalité.

Les contingences ancestrales encore subies il y a seulement deux décennies peuvent perdre  aujourd’hui de leur intérêt alors que le virtuel permet aux personnes adultes ou en voie de l’être de vivre la merveilleuse toute-puissance des rêves éveillés de l’enfance. Nombreux sont les utilisateurs des réseaux sociaux qui en découvrent le pouvoir. Les affinités se retrouvent en groupes homogènes qui défendent efficacement leur point de vue. Ce peut être pour de nobles causes et c’est tant mieux. Ce peut être pour les pires. Ainsi des haines partagées pour le plus grand plaisir des adeptes tuent des gens sans défense. Je pense à tous ces adolescents traqués par leurs collègues et qui sont poussés au suicide. Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, qui pratiquent comme un jeu dérision, mensonges et calomnie.

Or les citoyens qui ont l’autorisation et les moyens de s’intéresser au fonctionnement de leur pays viennent de connaître la surprise de leur vie : la victoire de personnes, au départ incompétentes, qui ont mené des campagnes électorales fondées sur le mensonge assumé, en baladant les électeurs dans des paysages purement fictifs si étonnants que les cibles en furent séduites.

Il est donc très probable qu’en 2017  la même surprise saisisse les observateurs de la politique française : Marine Le Pen sera élue Présidente de la République française.

Ça me paraît, non seulement probable mais logique.

La Droite ? Le candidat de la Droite et du Centre est à présent connu, ce sera CHOU. (chou vert/Vert chou.)

La Gauche ? Elle a payé son aveuglement. Elle est, actuellement,  disqualifiée.

Elle n’a pas vu (pas plus que moi d’ailleurs, et beaucoup d’autres) que si un homme, François Hollande, paraissait honnête et compétent, le plus apte à conduire le Pays, sa mission était vouée à l’échec. Les « Moi je » même sincères, étaient intenables parce que l’organisation même de la France rendaient irréalisables des promesses pourtant légitimes.

Mon billet d’hier tente de rappeler en quoi une France dirigée par des « élites » (de fait des cadres dits supérieurs) mais dont toute ressemblance avec le peuple français n’est que pure coïncidence donne, dans son organisation même, une image de France d’opérette.

Depuis la Révolution Française, les gouvernants n’ont pas su se débarrasser des falbalas de la Royauté qui croyait que la preuve de son autorité devait se manifester par un étalement de luxe et de ronds de jambe. Or la Droite est très attachée à tout ce tralala, preuve d’importance, pense-t-elle. Il ne faut donc pas compter sur elle pour sortir le pays de ses difficultés. Elle réduira drastiquement le personnel de la fonction publique mais amplifiera son train de vie.

La gauche, si elle veut que la France devienne une démocratie, dirigée avec sagesse par le peuple, doit inventer un système de véritable représentativité, efficace, qui donne au pays les moyens d’atteindre son idéal de « Liberté. Egalité. Fraternité ».  

Sinon, une campagne électorale à la Trump, à la Johnson, faite de mensonges, de calomnie, de démagogie, convaincra facilement le peuple français oublié de ses dites élites et, à coup sûr, nous aurons une Marine Le Pen comme présidente de la République Française.