"Je vais te tuer !"

07/02/2015 13:34

 

« Je vais te tuer, je vais te retrouver, je vais t’attendre en bas de chez toi !... »

Ces menaces sont-elles proférées par le faux dur d’une classe de maternelle à l’égard d’une gamine de la petite section qui refuse de lui donner son Carambar ? Ce type de harcèlement est une des plaies, semble-t-il, de notre belle jeunesse.

Or pas du tout !

Il s’agit très véridiquement de la menace éructée par le représentant d’une sinistre vieillesse (y a pas d’âge pour cette vieillesse-là), par un très proche collaborateur de Madame Le Pen, Olivier DUGUET, qui fut le trésorier de son mini parti, « Jeanne », avant de devoir céder sa place et sa fonction pour cause de condamnation,  « escroquerie envers Pôle Emploi ».

Marine TURCHI et Karl LASKE enquêtaient en tant que journalistes d’investigation à Médiapart à propos de transactions financières suspectes au sein d’une microstructure chargée de récolter et gérer des fonds touchant aux campagnes électorales du FN. Mais ce « médiapart » s’étant par le passé montré trop curieux et trop efficace dans ce genre de recherche, son auguste Présidente a décidé de lui interdire toute approche de son organisation, si bien que ce jour là, 30 janvier 2015, vers 16 heures, les dits journalistes ont fait choux blanc et durent rebrousser chemin. Ils furent rattrapés un peu plus loin par quelques gros bras menaçants d’où ces paroles assassines.

Il est bien difficile de se faire passer pour Parti respectable, lorsqu’on se trouve être historiquement le dépotoir d’individus, des anciens du GUD (Groupe-Union-Défense)  qui ne connaissent que la haine de ceux qui ne leur ressemblent pas. S’efforçant de séduire tous ceux qui indistinctement ont quelque raison de se plaindre, et c’est vrai que les clients ne manquent pas, ils prennent pour succès ce qui est témoignage d’impuissance. Et si des personnes tentent d’opposer à leurs haines des idées, c’est à coups de barre de fer qu’ils argumenteront.

Il est incompréhensible que des personnes qui passaient pour intelligentes, relativement « humaines » puissent hésiter une seul instant  entre une barbarie insidieuse, prête à exploser, le FN, et une invitation républicaine de vivre ensemble, en paix, en  œuvrant   de telle sorte que la diversité soit, non un handicap mais source de richesse.

Espérons que les électeurs du Doubs nous indiquent le chemin de la sagesse.