Journal d'un frontiste ce 3 janvier 2057

18/02/2017 11:36

 

 

C’est bien ce que je pensais. Le ‘rhume’ de l’adolescente rejoint bien les fantasmes enfantins qui permettent de penser qu’on peut être enceinte à coups de baisers baveux entre ados, à la suite du simple éternuement d’un garçon, ou même à la piscine, dans une eau spermatique.

En creusant les données sanitaires de la fille, il est clair que les rencontres des deux jeunes ne visaient pas à la résolution d’une équation d’algèbre à deux inconnues. Ils se connaissent intimement, les bougres. Les analyses sanguines décrivent les modifications spécifiques des  relations sexuelles, et j’ai même pu compter la fréquence des orgasmes de la gamine. Une vraie salope !

Je pensais que nous avions mis fin, en France, avec ces comportements bestiaux qui étaient de règle hors mariage du temps des socialos, mais les retrouver encore dans ma ville aujourd’hui, malgré le doublement des leçons de catéchisme dans les établissements scolaires, est bien la preuve que nous sous-estimons l’emprise du Mal chez les jeunes. Dès la publication du rapport d’exercices de 2056, je réunirai les autorités concernées pour revoir nos copies et nous montrer plus efficaces. Tolérance zéro ! Nous y parviendrons.

Les statistiques de 2016 annonçaient 57.7 % de naissance hors mariage. En 2055, elles sont tombées à 7.6 % à Chambéry et nous pouvons faire mieux.

Ainsi, la fille est enceinte et elle ne le sait pas encore. Je dois agir vite avant qu’elle ne risque de commettre un assassinat. Non que je veuille lui éviter l’échafaud. ( Nous avons rétabli la peine de mort que cette garce mériterait amplement ) mais je dois sauver cette vie unique qu’elle porte dans ses entrailles. Les couples stériles qui désirent adopter un enfant sont suffisamment nombreux pour que nous veillions à les satisfaire.

J’ai alors convoqué la présidente du Comité « Sauvons des vies » et d’emblée elle a pris les dispositions nécessaires. Une militante spécialisée dans ce genre d’affaire a de suite pris contact avec l’aumônier du collège et ensemble ils ont intercepté discrètement l’élève durant la récréation. A midi, la jeune fille déjeunait dans le réfectoire du couvent des clarisses, un ordre contemplatif dont les ardentes prières réalisent des miracles, dont ceux de permettre à une  jeune fille d’enfanter sereinement sous X, avant de se consacrer sérieusement, cette fois, à ses études. Elle n’aura pas à gâcher la vie d’un enfant que son immaturité condamnerait infailliblement à la délinquance.

Puis en début d’après-midi, j’ai convoqué le garçon et ses parents, leur ai appris la grossesse. Les parents, d’abord effondrés, ont grandement apprécié notre initiative. Quant au garçon, rouge de honte, il a fini par promettre à ses parents de ne plus jamais revoir cette Marie- couche-toi-là sans le sous et qui plus est, n’appartient pas à son milieu.

Dans la soirée j’ai donné un coup de fil aux parents de la fille pour leur dire que leur ado allait bien mais qu’elle avait décidé de réfléchir quelque temps chez des bonnes sœurs. Qu’ils ne s’inquiètent pas.

Ainsi, tout est bien qui finit bien.

Il est des jours où je suis envahi d’une grande fierté, celle de servir mon Pays, d’y apporter plus de moralité et de bonheur, de résoudre des conflits qui, jadis se seraient terminés dans le sang. Merci qui ? Merci Marine !