L’Assemblée Nationale Française est antidémocratique

15/06/2014 15:30

        L’Assemblée Nationale Française est composée environ de    

                300 personnes type « Cadres Supérieurs »

                 150 personnes type « Cadres Moyens »

                     15 personnes à la vie modeste

     Le rapport est donc à peu près de  20 / 10 /  1.

Autrement dit, l’Assemblée Nationale française actuelle représente l’inverse de ce qui se passe dans la vie courante  où nous avons, disons :

  1 cadre supérieur,

10 cadres moyens pour

     20 « petites gens »

          

Autrement dit, lorsqu’une personne vivant dans un milieu modeste veut prendre la parole pour se faire entendre et parler au nom des siens,  comme Monsieur Lasalle par exemple, qui est l’unique personne de l’Assemblée pouvant se dire  « ouvrier agricole », elle doit se faire écouter de 300 cadres supérieurs et de 150 cadres moyens !

Autrement dit, il se passe l’exact inverse de la réalité sociale quotidienne où 1 cadre supérieur s’adresse à 10 cadres moyens et éventuellement à 20 employés.

Or ce sont ces personnes qui votent des lois déterminant ce qui régente la vie sociale des français.

Comment est-il possible que des personnes, malgré leur désir de bien faire, mais dont le train de vie n’a rien à voir avec les conditions de subsistance de la majorité des citoyens de ce Pays, imaginent, comprennent, ressentent dans leur chair, ce qui est bon, nécessaire ou indispensable à tout un peuple qui souhaite mener une vie tout simplement décente.

Impossible ?

Oui !

Mais pas si nous parvenons à élire des personnes qui soient le reflet le plus exact possible des gens qui peuplent ce Pays.

                  Que l’Assemble Nationale soit constituée de

  • 300 personnes vivant dans des conditions très simples, voire précaires, OS, mères au foyer, chômeurs, petits retraités.
  •  150 personnes des classes moyennes.
  • 15 personnes de formation supérieure.

          Alors soyons sûr que les lois ne seront plus les mêmes.

Utopie ? Délire ? Irréalisme ?

Peut-être.

Mais si nous ne transformons pas profondément l’Assemblée Nationale, ayons l’honnêteté de reconnaitre que la France n’est pas un pays démocratique, que le prétendre est mensonge ou leurre, qu’elle est une « aristocratie », c’est-à-dire que c’est une élite qui détient le pouvoir et qui entend le garder. Ça n’empêche pas que la France soit un bien beau et grand pays où il fait si bon vivre pour beaucoup, mais pas pour tous, loin de là. Et ça n’est pas équitable, pas respectueux de la Chartre des Droits de l’Homme. C’est révoltant.

Alors ?