la fête de l'HUMA

17/09/2017 13:35

La fête de l’Huma !

La Fête de l’Huma est devenue incontournable aux gens de gauche disponibles et de bonne volonté. Or tout dirigeant qui se dit de gauche se doit d’y participer, plus encore que les militants de base. Et apparemment, ils étaient tous là.

Certains estimeront qu’il en manquait un, Mélenchon. Personnellement, je crois que l’absence de ce monsieur est tout à fait justifiée : Mélenchon, n’étant pas de gauche, n’y avait pas sa place.

Car, selon moi, et bien sûr certains peuvent ne pas être d’accord, Mélenchon n’est foncièrement pas de gauche. Tout dans son comportement indique qu’il recèle de la graine de dictateur. Il en a toutes les qualités : grande gueule, tribun incomparable,  malin, démagogue, discernant avec acuité les défauts de l’adversaire et les dénonçant avec pertinence, non pour le bien du peuple des opprimés, ( d’eux il se moque totalement, il ne fait que les utiliser ), mais pour la seule promotion de sa grande personne.

Mais très habilement, pour éviter la volée de bois vert qu’il pressentait et l’obligerait à tomber bas le masque, Mélenchon avait un alibi en béton : sa promotion dans un quelconque endroit où il vendrait facilement ses salades et ramasserait deux trois voix.

Il ne faut donc pas s’étonner si les gens de gauche disponibles ont pu enfin s’exprimer sans que l’habileté du tribun ne tente de couvrir leur voix et de les ridiculiser. A présent, la situation s’est clarifiée, et peut-être que le discours de clôture de Pierre Laurent mettra fin définitivement à l’ambiguïté qui empêchait à la gauche de s’unir.

Ce qui est très dommage, c’est le malaise que cette situation a créé chez les militants se disant insoumis. Eux pour la plupart se battent pour une justice plus grande et ils doivent pour beaucoup à Mélenchon et à sa faconde d’adopter cette cause qui est essentiellement de gauche. Mais leur difficulté présente est que s’ils s’estiment « insoumis », en fait ils sont soumis à la pire des entraves, la soumission aveugle au Chef. Critiquer Mélenchon revient à trahir leur cause alors que c’est la défendre. Eux, les lieutenants de Mélenchon et bien des militants des Insoumis, avaient toute leur place à la fête de l’Huma, car eux sont de gauche.

Parviendront-ils à recouvrer leur liberté, à rejoindre le peuple de Gauche et célébrer  la fête de l’HUMA ?