La nécessité de l'obligation du Service civique

02/02/2015 17:18

L’OBLIGATION DU SERVICE CIVIQUE

 

La nécessité d’un service civique semble être sérieusement envisagé et par une majorité de la population et par le Président de la République lui-même.

Le constat d’une ghettoïsation relativement répandue, tant dans les milieux aux faibles ressources que dans les villes dont les habitants jouissent d’un pouvoir d’achat dramatiquement surélevé a suscité la prise de conscience que la diversité de la population  favorise à présent l’isolement communautariste et provoque une ignorance complète des différents groupes sociaux entre eux. Si bien qu’alors que la diversité devait être une richesse, elle devient un facteur d’appauvrissement et d’incompréhension.

Le service militaire obligatoire d’antan, bien que loin d’être parfait, avait l’immense avantage de provoquer le brassage de la population. C’était pour chacun la découverte des parlers différents selon les régions et les milieux, des mœurs et coutumes autres…

De plus, devoir quitter le confort de ses habitudes, le ronron des relations ritualisées, pour se trouver du jour au lendemain avec des personnes que l’on n’a pas choisies, sollicite des capacités d’adaptation dont on ne serait pas cru capables. Et puis surtout rompre la rassurante et aliénante dépendance avec papa/maman, ou pire avec sa tribu hiérarchisée, aux fonctions préétablies et enfermantes, tant celui de petits chefs auto promus qu’à celui de larbin prisonnier à jamais d’un rôle, est une occasion de tester sa nouvelle virginité et de se découvrir à soi-même des capacités ignorées.

Mais pour que ce service civique puisse jouer pleinement son rôle de révélateur, il doit, selon moi, être obligatoire.

Ce service civique obligatoire ne coûtera guère à la grande majorité des jeunes qui verront là une occasion de découverte, une aventure à courir, et qui, même facultative en aurait sans doute tenté beaucoup. Tandis que, facultatif, il ne fera que permettre à ceux qui en aurait le plus besoin de se défiler :

Les immatures, les timorés, qu’effraierait un tel saut dans l’inconnu et qui ne sauront jamais ce dont ils sont capables.

Les faux durs des ghettos de misères qui règnent sur plus faibles et tremblent à l’idée de sortir de leur territoire, et leurs larbins qui mijotent dans un milieu où ils trouvent fausses  reconnaissance et  sécurité.

Les jeunes des ghettos riches, surprotégés, surestimés, sûrs des droits que leur confère l’argent facile, pour qui se mélanger à la plèbe serait aussi difficile que prendre un bain dans une fosse à  purin.

Si l’on veut que la population française puisse prendre conscience de la richesse que lui apporte la diversité, il faut de toute urgence, mais en prenant le temps de bien le faire, instaurer un Service civique obligatoire.