La primaire citoyenne

20/01/2017 01:56

 

Primaires citoyennes :

Je sors du troisième débat télévisé de la « primaire citoyenne ». Le premier, je l’ai sauté, le second m’a vivement intéressé. Celui-ci m’a passionné. Et ce, non seulement parce que j’ai admiré le courage, la lucidité et les convictions qu’il fallait à ces personnes pour se soumettre à une épreuve comportant de tels enjeux, mais surtout par la qualité des apports individuels et  la courtoise des échanges malgré quelques inimitiés à peine sous-jacentes.

J’ajouterais que la réussite de cette émission a dépendu des organisateurs et des animateurs qui ont su poser de bonnes questions et permettre à chacun d’y répondre. Bien sûr, Léa Salamé a, volontairement, je pense, manifesté ses préférences humaines, politiques  et ses inimitiés en provoquant certains plus que d’autres mais peut être voulait-elle prouver que le combat des femmes passait ce soir par elle, et que la parité femmes/hommes était ici respectée, elle-même tenant la place de deux.

Le sujet « égalité homme-femme » ardemment partagé, provoquant un parfait consensus, fut d’ailleurs un des moments les plus cocasses de l’émission : les six hommes se battraient bec et ongles pour que le respect dû à la femme soit impérativement mis en œuvre alors que Sylvia Pinel aurait pu ne pas ouvrir la bouche tant sa présence solitaire au milieu de cette brochette de six hommes clamait l’urgence du problème.

Je ne sais si les participants mâles se sont rendu compte de l’éclatante démonstration du problème par son contraire, mais je me suis dit à ce moment, que les téléspectateurs de Droite devaient jubiler de savoir qu’il n’étaient pas les seuls à être machos et que s’il y avait par le plus grand des hasards un(e) téléspectateur(trice) médiapartien(ne) autre que moi, elle (il) s’empresserait de prévenir les autorités de son journal-en-ligne-de-référence pour dénoncer l’incohérence de ces socialistes dégénérés qui, comme d’habitude, mentent à la masse si crédule des travailleurs et prétendent vouloir gouverner de nouveau le Pays après l’avoir détruit. Ô les salauds !

Je ne vais pas vous raconter en détail ni même en gros les déclarations de chacun tant la quantité d’idées et de positions politiques passionnantes fusaient, je vous dirai simplement ce que moi j’en retire : il suffirait d’ajouter cinq femmes tout aussi doublement compétentes que ces hommes pour avoir notre président(e) de la République française et le gouvernement au complet. Alors allez voter à la « primaire citoyenne » et vive la France !