La recette du quatre-quart qui structure la France

09/09/2016 14:10

 

 

Thomas Picketty, l’économiste à présent bien connu pour avoir étudié les inégalités notamment d’Amérique du Nord, a dénoncé dans une tribune du Monde «  l’incroyable ségrégation scolaire française ». Le système français après avoir été un ascenseur social pour beaucoup durant plus d’un siècle est devenu une machine à aider les élites non seulement à se reproduire mais renforcer leurs privilèges (argent, Pouvoir) en s’ingéniant à jeter dans les poubelles de l’ignorance, et donc de la délinquance,  chaque année, 250 000 jeunes qui n’ont pas la chance d’être des leurs, mais seront demain leur clients, esclaves, ou ennemis.

Ainsi, selon une méthode statistique rigoureusement pifométrique inspirée par la recette du « quatre-quart » de ma grand’mère, la démographie française se partage en quatre groupes imperméables les uns aux autres :

1 . Le premier ghetto, est constitué des riches et bien nés, les Sarkozy et Cie, qui ne fréquentent pas la populace – qui veillent à ce que leurs héritiers reçoivent non seulement biens divers plus ou moins honnêtement acquis, mais aussi Savoir et bonne éducation, ce qui suppose que ne soient pas mélangés torchons et serviettes brodées, (1% de gueux toléré). Succès aux examens garantis, même si le rejeton est un cancre. Ce quart de la population squatte les établissements privés.

2 . Le second groupe ouvert à tout venant, est celui de l’Education Nationale. Dans bon nombre de ses établissements, la proportion riches/pauvres est l’inverse du premier groupe. Les parents de ces enfants-là, souvent, s’ils ont du travail, se voient traités en esclaves des parents riches dont les enfants leur sont inconnus, et n’offrent pas à leur progéniture de modèles exaltants, peut-être même des contre-modèles, surtout s’ils sont chômeurs.  Quel avenir pour eux ?

Dans sa réponse à Thomas Picketty, Madame le Ministre de l’E.N. parle d’expérimentations en cours mais ne dit rien de la division par deux du nombre des élèves dans ces classes difficiles, ce qui semble être un pré-acquis indispensable qui permettrait aux enseignants d’être un peu utiles.

3 . Le troisième groupe est celui des démocrates conscients des enjeux mais qui sont partagés et doutent de la compétence des politiques, et de leur représentativité. Ils s’émiettent, se désespèrent, et se sentent écrasés par ceux qui ont le Pouvoir, c'est-à-dire l’argent, ceux du premier groupe.

4 . le quatrième groupe est composé des gens qui se moquent  de tout en dehors du Loto et de la haine des étrangers qu’ils prennent pour du patriotisme. Ils seront prêts à voter si le politique est suffisamment intelligent pour leur acheter leur voix.

Est-ce là description objective de l’état du Pays France ? Peut-être suis trop optimiste du simple fait que j’essaie de comprendre ?