Le budget dans un fonctionnement démocratique

11/06/2014 12:11

 

Le Budget dans un fonctionnement démocratique

L’argent est le nerf de la guerre, dira un quelconque général à la retraite (ou durant une retraite). Qu’en devrait-il en être si l’on désire que la France vive ?

Si, comme la majorité l’espère, la France veut rester démocratique, il est nécessaire que ses orientations soient dictées à partir de l’instance de poids la plus proche d’eux : la Région.

C’est dans la Région que doivent se prendre les grandes décisions collectives, et donc qu’est décidée l’utilisation de l’argent récolté. La part la plus importante de ce budget doit rester dans la Région afin d’en financer le fonctionnement et de réaliser les projets, dans une totale indépendance, source d’efficacité.

La part restante ira alimenter le budget national. Ce budget permet d’assurer le bon fonctionnement des services nationaux, les interconnexions des régions entre elles.

Autrement dit, les Régions sont totalement responsables de leurs ressources, et, en alimentant le Trésor National, elles participent à la vie de la Nation.

Le flux des décisions et ressources part des citoyens via la Région, et monte vers les instances nationales, et non l’inverse.

Actuellement c’est le Ministère du Budget qui récolte la quasi-totalité de l’argent du Pays et décide de ce qu’il va redistribuer et à qui. Les citoyens, qui par un jeu de hasard ont placé des « responsables » à la tête du Pays, leur ont quasiment signé des chèques en blanc dont l’utilisation désormais leur échappe. Ils cautionnent une oligarchie sans l’avoir désiré. Ils sont dirigés et ne dirigent rien.

En inversant le processus, les citoyens n’auront peut-être plus le sentiment de n’être que des vaches à lait fournissant beurre et fromage à une élite autoproclamée, alors qu’eux doivent se contenter du petit lait qu’on réserve aux cochons.

Alors, au moment des élections, jaugeant l’importance de chaque voix, les électeurs n’auront peut-être plus de raisons de s’abstenir.