Le FN un parti ? Non, une décharge !

30/10/2015 00:41

 

Il ne s’agit pas d’une insulte, mais d’un fait, le résultat de mon analyse  suite à la lecture des  écrits de divers spécialistes.

 Le FN, une décharge : oui, car  il s’agit d’un espace où des personnes pauvres, blessées, impuissantes, méprisées, peuvent déposer  leur désespoir.

 Ces personnes ont constaté, abattues, que les partis  d’Extrême Droite proches du FN et qui ont eu tout le temps d’agir (période Sarkozy et antérieure) les ont superbement ignorées, ne pensant qu’à leur profit et à celui de leurs amis riches.

 Ces personnes ont constaté que les partis de Centre-droit, non dépourvus de bons sentiments à leur égard, mais à la manière des œuvres charitables du XIXème siècle, n’ont jamais pris la mesure de l’immensité de leur désarroi et furent donc dans l’incapacité de trouver des solutions adaptées.

 Ces personnes ont constaté que ceux qui étaient censés, de par leur idéologie, être les plus aptes à les comprendre, les Gauches, se battaient entre eux pour appliquer leurs solutions, sans avoir écouté celles qu’eux leur proposaient. Ces personnes ont découvert que les Gauches, d’ailleurs relativement cossues, trouvaient là l’occasion d’exister, se préoccupant finalement peu ou très maladroitement de leur existence.

 Autrement dit, personne, aucun parti, malgré souvent un désir sincère, n’a été en mesure d’écouter ces exclus, d’éprouver  leur misère et d’imposer à la Nation des solutions pertinentes.

 Coluche, l’Abbé Pierre, c’est beau, mais ça n’est pas gravé dans le marbre..

 Seule, une Marine Le Pen leur a ouvert les bras. Ils ont senti chez cette fille de Jean-Marie Le Pen, une colère véritable, tout à fait semblable à la leur, ayant les mêmes accents de révolte. Alors à présent  ils s’y précipitent pour y trouver refuge et se décharger de leur misère.

 Mais grande va être leur déception. Celle d’un immense malentendu.

 Car leur colère n’a rien à voir avec celle de Marine Le Pen.

 Leur colère, c’est de survivre dans la précarité, le chômage, la non-qualification,  la maladie, la faim, le logement insalubre, les CDI merdiques, et  leurs enfants paumés.

 Cinq millions de personnes vivent en France sous le seuil de pauvreté ! Certaines régions sont sans doute plus touchées que d’autres, le Nord-Pas de Calais par exemple mais ce mal est général. Paca en souffre d’autant plus difficilement qu’un million de gens de langue d’oïl aisés ont déferlé sur le sud en dix ans.

 Même dans l’hypothèse où Marine Le Pen le saurait, pourrait le déplorer, elle n’a aucune solution à proposer sinon le repli sur soi et le rejet des autres, en attendant la mort. Elle n’y peut rien ! Encore moins que les autres. Elle ne dispose d’aucune politique applicable à la France pouvant effacer cette injustice.

 La colère de Marine Le Pen vient tout à fait d’ailleurs, est d’une autre nature. Cette colère qui l’étrangle  lui vient de très loin, de ses racines familiales, de son enfance, du combat de son père.

 Jean-Marie Le Pen, le père de Marine, semble avoir toujours été un battant, un révolté qui a  très tôt  pris des responsabilités, y compris pour soutenir les sinistrés des inondations au Pays-Bas. Mais très rapidement il s’est affirmé comme nationaliste. Guerre d’Indochine finissante, campagne de Suez, guerre d’Algérie, à propos de laquelle il a affirmé la nécessité de l’utilisation de la torture. Il semble bien en avoir été un spécialiste. Fervent nationaliste, il n’a pas supporté que le territoire de l’Algérie, alors département français devienne une Nation. Comme certains autres militaires (OAS) il accusa De Gaulle de trahison. Ce qui lui valut la sympathie de beaucoup de « pieds-noirs ».

C’est donc la concentration d’une colonie de pieds-noirs qui vaut au FN les scores imposant dans la Région PACA. C’est la perte de l’Algérie Française, considérée comme trahison de De Gaulle qui alimente la colère de ces rapatriés. Et aussi la colère de Marine Le Pen, non la défense de la cause des pauvres.

 Autrement dit le FN recrute ses partisans dans deux groupes hétérogènes : les pauvres, d’une part, qui permettent au FN de faire du chiffre au moment des élections, et d’autre part Pieds-noirs et  antigaullistes qui, comme madame Le Pen, enragent d’avoir perdu sa colonie et la guerre.

 Dans les deux cas, le FN est impuissant :

 

-il n’a aucun programme politique sérieux permettant aux pauvres de ne plus l’être.

 

-     Il n’est plus question de revenir en arrière et de retrouver ce « bon vieux temps » où le peuple algérien n’était pas français à part entière, mais quasiment réduit en esclavage.

 Il serait digne et honnête que Marine Le Pen reconnaisse que les pauvres n’est pas son problème, que c’est l’image perdue d’une France conquérante, toujours victorieuse qu’enfant elle chérissait qui alimente sa colère.

  Marine Le Pen peut se rêver en Jeanne d’Arc et s’imaginer devenir la Présidente qui  sauvera la France. Pourquoi pas !  (Je ne me moque pas, nous avons tous nos rêves). Mais faire partager ce rêve à des pauvres qui y croient, nous n’en avons pas le droit. Le réveil serait trop violent.