Le "Frexit", c'est le Chemin des Dames" !

17/04/2017 11:41

 

Hier, le 16 avril 2017, le Président de la République, François Hollande, a commémoré le centenaire du terrible carnage dit du Chemin des Dames, qui a vu 29.000 soldats français se faire massacrer, ainsi que de nombreux allemands, du simple fait de l’incompétence et de la vanité du général NIVELLE.

L’impéritie de ce haut gradé avait provoqué la colère des combattants revenus du front, or, comble de la stupidité et de l’injustice, beaucoup de ces révoltés furent condamnés et certains fusillés pour acte de mutinerie.

On pourrait croire que cette démonstration d’’imbécilité de ceux qui détiennent le pouvoir et jouent avec la vie des « petits » servirait de leçon, or, des onze prétendants à la présidence de la République, quatre s’apprêtent à renouveler la même monstruosité : Asselineau, Cheminade, Le Pen, Mélenchon.

Poussés par la même arrogance que celle de Nivelle, ces quatre personnages estiment sauver la France en la faisant sortir de l’Union Européenne en cours de construction et en rétablissant les clivages générateurs de guerre.

Autant on peut comprendre cette tentation de séparatisme chez les trois souverainistes, qui pensent agir pour l’intérêt de la nation mais quid de Mélenchon ?

Mélenchon en se qualifiant « d’insoumis » exprime simplement son incapacité d’un travail en équipe. Il joue « perso », utilisant une équipe pour imposer son jeu. Il  prétend n’accepter l’Union européenne qu’à condition de renégocier les traités, sauf que là encore, négocier signifie pour lui, soumettre les autres, leur imposer ses idées, et comme ces autres-là n’ont aucune envie de dépendre des caprices d’une graine de dictateur, ce prétexte permettra à Mélenchon de sortir de l’Union.

Et, isolant la France, il pourra, comme Nivelle, jouer au généralissime, jouer la vie des autres, la vie des petits, les envoyer au casse-pipe par pure vanité.

Or un de ces indéniables « petits », grand en lucidité, Philippe Poutou, met en garde la classe ouvrière de l’aventurisme du mégalomane. « Ça risque d’être pire qu’avant ! » Il se méfie à juste titre des belles promesses, des fanfaronnades d’un homme allergique à toute autorité et qui ne rêve que d’imposer la sienne.

Personne n’a su s’opposer à temps à Nivelle pour éviter le carnage.

Sachons dénoncer l’opération « séduction » du Général Mélenchon.