Le journal d’un frontiste ce 11 janvier 2057

27/02/2017 13:40

J’ai glissé un billet dans la boite aux lettres de Carole, lui proposant de se rencontrer ce dimanche dans un salon de thé du centre ville et proche de chez elle. Ainsi j’aurai le temps de voir plus clair en moi et d’asseoir fermement ma détermination.

Je ne sais si c’est le temps maussade qui veut ça mais j’ai reçu un  nombre inhabituel de lettres anonymes. Il s’agit surtout de signalements de sévices sur enfants ou personnes âgées, remarqués par des voisins, voire par des parents eux-mêmes. Le système d’information, très efficace, est le signe de la responsabilisation des citoyens. Souvent nous mettons fin à des drames domestiques ignorés. Je distribue les informations aux services concernés.

Mais plus grave un trafic de drogue semble se remettre en place sur les hauteurs de Chambéry. Ce sont des parents très inquiets et des éducateurs de quartier qui nous le signalent. Le service antidrogue investit discrètement les lieux pour quinze jours renouvelables dès cet après-midi.

Un très curieux mail de mon supérieur régional lyonnais me demande des nouvelles de la lettre anonyme, si j’ai pu la vérifier et si nécessaire, prendre les mesures qui s’imposent.  Je réponds illico en jouant les naïfs, lui demandant de préciser sa question. « La lettre anonyme ??? J’en reçois quinze par jour. A laquelle faites-vous  allusion ? Elle a dû être traitée comme toutes les autres. » Qu’il ne se fasse pas de souci !

N’empêche que j’ai la certitude qu’il s’agit de la lettre de la rivale de Carole. Cette intrigante s’impatiente et tente de faire jouer ses relations. Cette peste a le bras long. Je dois agir vite.