Le journal d'un frontiste 17/ 03 / 2057

17/03/2017 00:20

Le journal d’un frontiste     le 17 mars 2057

Mes très chers compatriotes,

Ce jour, selon le calendrier grégorien qui gère notre temps depuis le vendredi 15 octobre 1582, se trouve être et un vendredi et le 1er avril. Il est donc doublement placé sous le signe du poisson.

Or j’ai décidé de faire de ce 1er avril 2022 une journée solennelle et sacrée qui marquera pour toujours l’Histoire de notre Nation. Je replace la France sous le signe du poisson.

Poisson, en grec ‘ichthus’, est, du 1er au quatrième siècle, le symbole de reconnaissance entre chrétiens. Les lettres de ichthus désignent les premières lettres de « Jésus Christ Fils de Dieu, Sauveur ». Aussi je décide que notre drapeau tricolore porte désormais la silhouette d’un poisson d’or sur le blanc central et immaculé du drapeau tricolore.

Le nouveau drapeau tricolore, avec poisson doré sur le fond blanc central, remplit tout l’écran durant une minute.

Je mets ainsi fin à la grossière farce qu’est une république, qui n’a que trop duré. Je  promulgue la nouvelle Constitution dite du 1er avril 2022 en place de celle du 4 octobre 1958.

Je n’ai nul besoin de me reporter à la première république et à celles qui ont suivi pour avoir la preuve de la nocivité de ce régime, il me suffit de me reporter à mars et avril 2017 pour me souvenir de la campagne électorale haineuse et grandguignolesque qui a déchiré la France et révélé les failles d’une société en décomposition, inégalitaire, dirigée par des pantins dont la seule ambition était leur intérêt personnel.

Or, depuis les cinq années à la tête de la France que j’incarne, jamais nous n’avons connu de période aussi sereine et heureuse. Nous sommes devenus en cinq ans la nation la plus enviée du monde, la plus visitée, la plus accueillante, celle où il fait  bon vivre, où les écarts de revenus se sont réduits et leur moyenne augmentée, et surtout, là où nos prédécesseurs avaient échoué, nous avons éliminé ce cancer qu’est le chômage. C’est vrai que tout n’est pas encore parfait, nous avons encore des progrès à faire, mais nous sommes sur la bonne voie.

Rappelez-vous les accusations portées à mon encontre durant cette campagne de haine. Mes adversaires me diabolisaient, promettant, si j’étais élue présidente, les pires catastrophes, une France en lambeaux. Or nous sommes à présent un Pays pacifié. Et ce résultat est l’œuvre de tous. Sans vous rien n’aurait été possible.

Mais rien ne se bâtit avec cohérence et beauté sans un architecte de talent. Je parle de Benoît Hamon, et de son équipe. Leur créativité, compétence et générosité ont dessiné la France du futur. Qu’ils en soient chaudement remerciés. Nous allons beaucoup les regretter.

Le champ visuel de la caméra s’élargit et révéla le Gouvernement aligné à gauche au second plan. Puis il se recentra sur Marine Le Pen.

 Profitant du changement de régime de la Nation, ils ont choisi de mettre leur talent au service d’autres territoires, je leur souhaite en mon nom et au vôtre de poursuivre avec le même bonheur leur magnifique œuvre de bâtisseurs.

Ainsi, entourée du cercle de conseillers avisés que j’ai sélectionné, je continue autrement à conduire le Pays. Car ayant mesuré l’effet nocif des parlementaires dont le passé nous a appris qu’ils ne représentent que leur propre intérêt et dont le but est de diviser la population, j’ai décidé de me passer d’eux par principe et donc de dissoudre le parlement.

Je précise « par principe », car je me dois de saluer le travail remarquable du parlement de ce quinquennat. Il a su éviter les obstacles classiques et œuvrer véritablement pour le bien public. C’est exceptionnel. Mesdames, messieurs les parlementaires, la France toute entière vous est profondément reconnaissante.

Je troque donc à partir de cette minute le titre de Présidente de la République pour celui de

Gouverneure de l’Etat

( un huissier enleva la plaquette « Présidente de la République » pour la remplacer par :GOUVERNEURE DE L'ETAT )

D’autres modifications en conformité avec la nouvelle Constitution dite du 1er avril 2022 suivront progressivement, vous en serez informés en temps utiles. Mais il en est une que je crois nécessaire de vous annoncer avant que la nouvelle Constitution n’apparaisse au Journal Officiel dans sa totalité :

Je rétablis la peine de mort par décapitation.

Ainsi, vous, les bons Français, serez mieux protéger des potentiels ennemis de la Nation.

Vive la France conquérante et chrétienne ! »

Puis, sur fond d’une musique de Lully, le menuet de Monsieur Jourdain, Madame la Gouverneure se dirigea vers feu le Gouvernement et en salua chaleureusement chaque membre.

Exit la république française !