Le Pen ou Macron ? La peste ou la variole ?

25/04/2017 14:04

Une dynastie familiale nauséabonde ou sa variante mondialisée ?

Tel va être notre choix le 7 mai 2017.

+  Ou nationalisme exacerbé avec sortie suicidaire de l’Europe, enfermement dans des frontières hermétiques, mariages consanguins, hypocrisie religieuse, mépris des plus humbles, rétablissement de la peine de mort, dictature « républicaine » … ?

+ Ou « inégalités abyssales des richesses de l’humanité concentrée entre les mains de seulement 8 super riches ! Mais cela reste tabou car ces richesses ne sont pas le résultat de mérites, de réalisations favorables à l’humanité, mais de spéculations, de prédations sur les ressources naturelles, dans tous les domaines d’activité économique et sociale. Elles sont destructrices pour la planète et pour l’humain, mais sont passées sous silence. » (Pinçon-Charlot /Basta)

J’ai l’impression que dans l’urgence de l’immédiat, la « Le Pen » soit la maladie la plus facile à éradiquer et qui constitue un devoir propre aux  citoyens français qui se rendraient ensuite plus disponibles à la lutte contre l’autre fléau mondial. Car, si les citoyens décidaient d’élire ce coccobacile mortel, ils ne feraient qu’accélérer le succès de l’autre catastrophe, la caste des suoer-riches.

Donc, selon moi, dans l’immédiat, le moindre mal est la peste car il ne tient qu’à nous, citoyens français , de l’éliminer.Restera ensuite le combat contre la redoutable variole qu’est la finance internationale à laquelle appartient Macron. Ce combat,  gigantesque, est hors de portée d’une simple nation. Et là s’impose la nécessité de l’unité de l’Europe pour mobiliser ses adhérents, puis la planète entière car il y va de l’intégrité même de l’Humanité, de sa survie.

Donc éliminons la première maladie gravissime, la « Le Pen », tâche qui devrait être réglée facilement le 7 mai prochain. Il nous restera à obliger Macron à enfreindre les consignes de sa caste, c'est-à-dire à lutter contre les injustices sociales criantes, sinon, il lui en coûtera.