Le scandale allemand

25/09/2015 14:55

 

                                                  L’affaire de la tricherie d’un des plus importants constructeurs automobiles mondiaux explose en un véritable scandale à étages.

Le premier et plus important aspect du scandale réside en ses conséquences : pour augmenter des profits déjà considérables au détriment de plus modestes constructeurs, la firme allemande n’hésite pas à trafiquer des résultats prouvant l’importante pollution de ses moteurs. Or cette  pollution contribue à dégrader gravement la planète et à mettre largement en péril l’habitabilité de la vie sur terre.

Il s’agit là d’un crime contre la Vie.

Le second aspect touche la population allemande elle-même. Autant chaque citoyen allemand pouvait se montrer fier du succès d’une branche de son industrie réputée solide, fiable, et honnête, autant chacun à présent doit se sentir touché dans son intégrité, honteux et sali en tant que personne. Une telle conséquence est sans doute injuste mais ne peut qu’entacher la réputation de chaque citoyen, soucieux de son appartenance à la nation allemande..

Ce mensonge industriel vient, en ce qui me concerne, conforter les doutes que j’avais concernant l’intégrité politique de l’Allemagne. Je trouvais que, ces dernières années, ce Pays  recourait à des moyens suspects pour affirmer à tout prix son leadership sur l’Europe, et ça me rappelait de bien sinistres souvenirs.

L’exemple récent du comportement de l’Allemagne, notamment celui de son ministre des finances, Wolgang Schaüble, envers la Grèce n’avait pas horrifié que moi : exiger de la part des Grecs un respect rigoureux de la réglementation financière qui les mettrait à genoux alors que l’Allemagne avait dans le passé été la première à ne pas respecter ses engagements me paraissait honteux. Et quand on remarquait qu’ensuite les biens publics grecs livrés aux enchères étaient comme par hasard rachetés à bas prix par des sociétés allemandes, le doute sur  l’honnêteté du ministre des finances allemand se voyait renforcé.

Déjà il y avait de quoi douter de l’honnêteté de la politique allemande. Ce manquement grave à l’honnêteté commerciale et industrielle de l’Allemagne vient conforter les doutes.

Les peuples de chaque nation jouissent globalement d’une certaine originalité. La France possède les siennes, avec de grandes qualités, mais aussi des défauts. Rigueur, discipline, haute idée de soi-même, me paraissaient attribuées couramment à l’Allemagne. Il ne faudrait pas que de telles qualités se mettent au service des défauts. Nous savons qu’une telle situation pourrait être dramatique.