Les perturbateurs endocriniens, la finance.

20/04/2017 19:31

Ce soir, les candidats à la présidentielle résumeront leur priorité. Or deux émissions successives, en fin d’après-midi, « c'est-à-dire » et « c’est dans l’air », sur la 5, ont consacré leur thème à deux questions, l’une vitale, l’autre plus conjoncturelle, or dans les deux cas, le programme de Benoît Hamon a réservé une place privilégiée à leur importance. Peut-être les reprendra-t-il ce soir.

Les perturbateurs endocriniens s’attaquent sournoisement depuis des décennies à modifier gravement notre organisme, et surtout celui des êtres les plus vulnérables, fœtus et jeunes enfants.

La finance. Dans « c’est dans l’air », les économistes et journalistes traitant de la question de la finance, ont dit combien le discours du Bourget de François Hollande avait donné espoir dans l’amélioration des conditions de vie des français, pour décevoir par la suite. Or ils ont tous soulignés combien le programme de Hamon avait, avec  intelligence et audace été le seul à reprendre cette voie ouverte pour lui donner consistance et modifier en profondeur la vie des français, notamment les jeunes et personnes en difficulté.

Attaqué de toute part, et par ses anciens amis, et par ses adversaires naturels, Benoît Hamon a eu un démarrage difficile, mais il serait temps encore que, dans cette dernière ligne droite, nous accordions à son programme et aux grandes qualités de cet homme toute l’attention qu’il mérite, et notre voix dans l’urne dimanche.

Je ne me pense pas me tromper en disant qu’il en va de l’avenir de la France.