Les recettes du chef-cuistot Mélenchon

24/04/2014 12:15

Les recettes du chef-cuistot Mélenchon

Dans un article intitulé : « Le changement c’est…au moment opportun », paru dans le supplément « Sciences et Médecine du monde, ce 23/04, une neuroscientifique, Angela Sirigu, directrice de recherche, Centre de neuroscience cognitive, CNRS-université Lyon 1, nous apprend des choses intéressantes sur nos habitudes.

Sans doute hérité de nos grands ancêtres, nous aurions, deux modes de fonctionnement nous menant « tantôt à exploiter, tantôt à explorer ». Or, pour ces deux types d’activité différents, nous empruntons deux réseaux d’activation distincts : « les régions liées au système dopaminergique de récompense dont le striatum et le cortex frontal ventro-médian durant les phases d’exploitation, et les régions pariétales et fronto-polaires durant les phases d’exploration. »

Et l’article de se terminer par une question : « Et vous, plutôt exploitant ou explorateur aujourd’hui ? Œuf-mayonnaise ou gratin de sauterelles ? Ventro-médian ou fronto-polaire ?

Or il me semble - ça n’est qu’une impression - que Monsieur Mélenchon possède l’exceptionnelle faculté de fonctionner en empruntant les deux circuits simultanément : son discours aux foules tient du fronto-polaire alors que son objectif est carrément ventro-médian. Il parle comme s’il allait nous servir en menu du jour du gratin de sauterelles, mais comme il sait que ce mets trop nouveau, étranger aux papilles notamment des papys,  retournera en cuisine, il concocte sur son piano un plat bien populo : des œufs-mayonnaise. Car ça c’est du sûr, ça fait manger du pain, avec un verre de rouge (pas deux) ça descend super bien !

Alors que son pire ennemi, mais disons pour parler correct, son adversaire direct, Hollande, est beaucoup moins habile, ne sachant pas séduire les foules. Celui-ci, pour l’instant, veut s’assurer que le peuple ne mourra pas de faim et qu’il se nourrira de ses oeufs-mayonnaise. Ça n’est pas folichon mais ça tient l’estomac, (en cela il fonctionne « ventro-médian »), tout en préparant le pays à déguster dans un avenir proche, au moment opportun, de ces mets exotiques, mais respectueux de l’environnement, qui bouleverseront nos habitudes, un délicieux gratin de sauterelles, par exemple, et en cela il fonctionne fronto-polaire (ce qui n’est pas synonyme de fronto-populaire) mais Mélenchon ne l’a pas encore capté. Un peu de patience, voyons. Ça  devrait s’arranger !