Les sénateurs, ces Seigneurs ancien régime

29/09/2014 12:16

 

Dans mon billet précédent, j’exprimais ce qui semble être une évidence pour la majorité des français, Général De Gaulle en tête : la suppression du Sénat.

Raffarin, élu sénateur, et qui brigue la présidence de cette inutile Institution, a déclaré aux micros du Monde : « Il faut renforcer la crédibilité du Sénat et l’exemplarité des sénateurs. »

Devant un tel malhonnête discours, il n’est pas étonnant que plus de la moitié des citoyens écœurés se détourne de la politique, ou se jette dans les bras d’un FN susceptible de leur inoculer la haine.

Tandis que Raffarin prône l’exemplarité, «les journalistes de Médiapart qui ont enquêté sur de probables malversations de sénateurs, dont Raffarin,  ont  publié une liste de probables bénéficiaires, des sénateurs UMP, à qui une association, L'Union Républicaine du Sénat (URS), aurait reversé pour 200 000 euros entre 2009 et 2012.

A cette époque l'URS a effectué de nombreux versements à destination d'une trentaine des 130 représentants UMP au Sénat pour un montant avoisinant les 210 000 €. Jean-Claude Gaudin aurait ainsi perçu 24 000 euros . Hubert Falco aurait touché 12 400 euros. Selon Le Canard enchaîné, le sénateur UMP Henri de Raincourt, fondateur et président de l'URS, aurait même bénéficié d'un virement de 4 000 euros chaque mois. »

Ces sénateurs estiment sans doute que de telles sommes sont insignifiantes et ils ne voient pas ce qu’il y a de choquant à les percevoir sans  les avoir méritées. Les ors du Palais du Luxembourg doivent leur tourner la tête en personnages de l’Ancien Régime. On peut comprendre aussi qu’un Raffarin veuille disputer le somptueux hôtel du Luxembourg à Larcher. C’est quand même appréciable en ces temps où se construisent si peu de logement sociaux et où quelques millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Fort heureusement, ces personnes n’ont ni le temps mais surtout pas les moyens de lire l’enquête bien documentée du 16/09/2008, de Mathilde Mathieu, de Médiapart, qui expose les avantages, salaires, multiples indemnités, allocations diverses, prêts à taux insignifiants, train gratuit, billets d’avion etc,  etc, dont bénéficient ces gens. Un gouffre financier !

Et quand on sait que si les sénatrices et teurs sont élus  en milieu rural par de « grands électeurs », en ville, ce système qui les désavantagerait, est compensé par les suffrages des « délégués supplémentaires », c'est-à-dire n’importe qui, très proche de préférence. Voir sur ce sujet, encore et toujours dans Médiapart, l’enquête instructive : « Mes amis, mes amours, mes électeurs », du 26/09/2014

 

Autant  de raisons d’exiger le suppression du Sénat.