Les voeux d'un citoyen de base

02/11/2015 13:33

Des vœux sont ces utopies que l’on prononce surtout au Nouvel An et qui se formulent d’autant plus volontiers qu’on les sait irréalisables. Ce sont des conventions agréables entre personnes ou groupes qui satisfont les deux parties, comme ces tapotements dans le dos lors de ces accolades à présent à la mode.

Ces vœux que je vais exprimer sont profondément sincères et sans doute partagés par bon nombre de citoyens, si ce n’est qu’ils ne se réaliseront jamais, par manque de courage des décideurs politiques actuels.

Mon tout premier vœu concerne la représentativité.

Si l’on souhaite vivre en démocratie, c'est-à-dire selon la volonté du peuple et que l’on conserve le principe de la délégation, il est nécessaire que le peuple soit véritablement représenté. Or le mode de représentation actuel, en France, est faussé, puisque les législateurs (députés, sénateurs) sont dans leur immense majorité issues des classes financièrement très aisées, ce qui n’est pas le cas de ensemble du peuple français. C’est la première raison, à mon avis, de ce qui causa « la fracture sociale »

Des spécialistes prônent le tirage au sort, comme pour les jurés d’Assises qui prennent très à cœur leur mission, et je crois que c’est le plus juste choix.

Et pour aider le hasard à respecter la parité, le tirage aux sort pourrait se faire, à nombre égal, dans deux listes, électeurs, électrices.

Mon second vœu a trait au fonctionnement des Régions.

Puisque treize Régions il y a, qui entérinent des entités originales, avec leur spécificités, que le Pouvoir central (Paris ?) soit dessaisi de son autoritarisme et le pouvoir soit détenu par les régions.

Jusqu’à présent, cette répartition des tâches entre le Pouvoir central et les régions ressemble étrangement à ce qui se passe dans un couple : à l’homme, à Paris, la force physique, le Pouvoir, les décisions importantes, les tâches nobles, agréables, durables, voyantes, les moyens, les loisirs, à la femme, c'est-à-dire aux régions ; obéissance, soumission, exécution des décisions parisiennes : gestion de la pénurie,  corvées, tâches ingrates, le souci des enfants, le mépris, la disqualification. Tant que l’exemple de la pratique du machisme français viendra d’en haut, les régions resteront soumises aux oukases parisiens. Et la France continuera à vivre sous l’ancien Régime.

Mon vœu est que chaque Région dispose des moyens de vivre une complète autonomie, C’est-à-dire efficacement et en bonne intelligence avec les autres. La mission du Pouvoir central serait la coordination des Régions, la bonne santé des liens qui les unissent et en font une Nation.

Tout risque de dictature, monarchie ou oligarchie, serait exclus. Chaque région serait responsable du respect des droits et des devoirs des citoyens au plus près du terrain, donc avec une plus grande équité.

Utopie bien sûr. Car ce n’est ni aujourd’hui ni demain que les hommes, ces gros bébés de maman, renonceront aux privilèges de leur caste.