Marine Le Pen et la liberté d'xpression

13/01/2015 16:34

 

Marine le Pen et la liberté d’expression

Ce matin, lors d’un échange téléphonique, un ami m’a dit son inquiétude devant l’exclusion de Marine Le Pen de la marche républicaine de ce dimanche historique du 11 janvier.

Et nous étions tous deux d’accord pour affirmer que les Charlie sont morts pour avoir défendu la liberté d’expression.

Y compris celle de Marine Lepen.

Je suis donc allé voir de plus près ce qu’en disaient différents journaux, et d’abord qui avait pris l’initiative d’une telle manifestation.

Selon « Le point » :

« Une marche républicaine est organisée dimanche à Paris après l'attentat contre Charlie Hebdo, avec en question l'intégration du FN au défilé au nom de l'unité nationale. Le Parti socialiste, le Parti communiste français, Europe Écologie-Les Verts, le Mouvement républicain et citoyen, le Parti radical de gauche, le Parti de gauche, l'UMP, l'UDI et le MoDem doivent participer à l'événement. L'entourage de Nicolas Dupont-Aignan, patron de Debout la France, a annoncé qu'il faisait aussi partie de la coordination et qu'il serait au rassemblement.

Cette manifestation sera une "marche républicaine", à Paris, à partir de 15 heures, de la place de la République à la place de la Nation. Initialement prévue samedi, elle aura finalement lieu dimanche, a annoncé Matignon, afin de permettre la plus grande participation possible, les Français étant plus disponibles ce jour-là, et d'offrir à la police un délai un peu plus long pour organiser le rassemblement, selon un proche du Premier ministre.

Les dirigeants du Conseil français du culte musulman (CFCM), instance représentative de l'islam de France, ainsi que l'UOIF (proche des Frères musulmans) ont appelé jeudi matin "les citoyens de confession musulmane à rejoindre massivement la manifestation". Plusieurs organisations antiracistes (LDH, Licra, Mrap, SOS Racisme) qui avaient déjà appelé à des rassemblements ont décidé de se joindre à la marche républicaine. L'ancien Premier ministre François Fillon a d'ores et déjà dit qu'il serait, "bien sûr", présent.

Je constate que le FN ne figure pas dans la liste. Exclus ? En tous cas, pas invité. Il s’agit d’une réunion préparatoire des « partis républicains ». Or, selon eux, le FN, n’est pas un parti « républicain ».

 François Lamy, organisateur pour le PS de ce rassemblement, dans un entretien à Publicsenat.fr., s’en explique : «Il n’y a de place» pour le Front national à la «marche républicaine. Il n’y a pas de place pour une formation politique qui, depuis des années, divise les Français, stigmatise les concitoyens en fonction de leur origine ou de leur religion, ou ne se situe pas dans une démarche de rassemblement des Français. »

 Il me semble que F.Lamy donne son opinion personnelle, peut-être celle du PS,  mais, à mon avis, il ne formule pas une interdiction.

D’ailleurs, « le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a déclaré sur BFMTV que «Les partis républicains viennent d’adopter un texte pour une marche républicaine. Vient qui veut et qui se sent concerné par la «marche républicaine», qui sera une «manifestation d’unité nationale, une manifestation digne, respectueuse.  Point à la ligne ! »

Reste cette déclaration qui pourrait confirmer l’exclusion :

« Marine Le Pen a dénoncé ce jeudi après-midi son «exclusion» de la «marche républicaine» prévue dimanche en mémoire de Charlie Hebdo, estimant qu’il n’y avait «plus d’union nationale». «Les choses sont claires. Ils déclarent» que le FN n’est pas le bienvenu, «à l’issue d’une réunion, où ont été invités l’ensemble des partis politiques sauf le FN. Il n’y a plus d’union nationale, elle a disparu de leur fait», a accusé la patronne du FN. «L’idée lancée par le président de la République d’une union nationale dont serait exclu un parti qui représente 25% des Français transforme cette union nationale en une vaste escroquerie politicienne», juge-t-elle. »

Mais on peut lire également : « La présidente du FN Marine Le Pen quitte le Palais de l'Elysée à Paris après s'être entretenue avec François Hollande. Suite à cet entretien, elle a indiqué que le FN ne participerait pas au rassemblement républicain de dimanche. » (afp.com/Patrick Kovarik)

 

Marine Le Pen énonce un fait sans pour autant préciser s’il s’agit de sa propre décision ou d’une éventuelle exclusion.

Par contre : «Je serai à la marche dimanche.» Lors d'une intervention à la télévision vendredi soir, peu avant 20 heures, François Hollande a confirmé qu'il sera bel et bien présent à la marche républicaine organisée dimanche après-midi à 15 heures après les attentats au siège de Charlie Hebdo.  « J'appelle tous les Français à se lever pour porter ces valeurs de démocratie, de liberté, de pluralisme», a-t-il ajouté.  (Le Parisien)

 

Ce qu’il me semble pouvoir dire, c’est que, en n’incluant pas le FN dans leur démarche, la grande majorité des partis français se reconnait comme républicains, mais ne situent pas le FN comme tel.

Ces partis n’interdisent pas au FN de s’exprimer. Ils signifient que ses idées sont celles de l’exclusion et de la xénophobie, non compatibles avec la République et les idées que défendaient les Charlie.

 

Il s’agit là d’une question posée par une absence.  Or une autre question s’est posée, celle d’une présence quasi indécente, celle de Netannyahou.

 

Par ARMIN AREFI (AVEC AFP)

L'image a fait le tour du monde : la présence dans le même cortège dimanche boulevard Voltaire du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et du président palestinien Mahmoud Abbas à quelques mètres d'intervalle a été hissée au rang de symbole de l'unité de la communauté internationale en soutien à la France meurtrie. Pourtant, cette scène n'aurait jamais dû avoir lieu. En effet, la chaîne israélienne Channel 2 révèle que François Hollande ne souhaitait pas voir Netanyahou défiler dimanche à ses côtés pour éviter de brouiller le message de la manifestation. Or, d'après les médias israéliens, le Premier ministre israélien se serait lui-même invité à la grand-messe, au nez et à la barbe de l'Élysée qui ne l'avait pas convié. ….Légèrement irrité par un comportement qui selon Jacques Audibert aura des effets négatifs sur les relations entre Israël et la France, Paris a donc décidé d'inviter Mahmoud Abbas à la marche républicaine. Lui et une cinquantaine de dirigeants étrangers pour une marche républicaine historique.

Et la Présidence de la République de renvoyer son pied de nez à Netannyahou en ajoutant : « On ne peut que se féliciter de voir Mahmoud Abbas et Netannyahou côte à côte lors d’une manif. C’est un signal fort