MEDIAPORTE-à-FAUX

21/04/2015 11:47

 « Je ne suis pas le pom-pom boy de Mélenchon mais… »

L’indignation exprimée par Porte, le bouffon de service de Médiapart, paraît tout à fait sincère et éminemment sérieuse. Il est évident qu’avec beaucoup de gens de gauche et tout particulièrement du PC, il est profondément blessé par la toute petite phrase qu’a prononcée François Hollande lors de sa prestation sur Canal Plus : « Marine Le Pen parle comme un tract du PC des années 70, sauf que le PC ne demandait pas qu’on chasse les étrangers et les pauvres. »

Je reconnais pour ma part que la comparaison est osée, mais elle ne me choque pas.

Alors que Porte ne proteste pas lorsque le Président, en référence à Charlie, affirme qu’on peut se moquer des religions, il ne supporte pas qu’on puisse oser critiquer un parti, notamment le sacro-saint PC. Où donc est son humour ?

Je n’ai fait aucune étude sur le PC des années 70 mais je me souviens parfaitement qu’invité à cette époque par des amis à assister à une séance de la cellule PC du Cours Berthelot à Lyon, moi qui avais passé mon enfance à assister à des offices religieux, fut surpris d’y retrouver cette même ambiance et des rituels quasiment identiques, en complet décalage avec la situation politique.

Je fus touché par la foi sincère des « fidèles » de cette cellule mais je trouvai que les arguments développés étaient trop simplistes, plus expressions de convictions affirmées que de réelles réflexions. Je fus d’autant plus choqué par ce que je ressentis comme une leçon de catéchisme que je sortais d’assemblées qui remettaient en cause le système éducatif français, les cours magistraux déversés sur des étudiants passifs, et finalement la société de consommation.

Les tracts du PC sortaient je suppose de la même veine et je ne vois pas en quoi il est injurieux d’en reconnaître les limites, et ceci d’autant moins que les temps, à gauche, ont changé.

Ce qui n’a pas changé, semble dire Hollande, c’est le discours démagogique du FN, qui profitant de la souffrance de personnes démunies, s’adresse à elles comme à des débiles mentaux, à coup de slogans, surfant sur les haines latentes et la xénophobie.

Je ne vois pas en quoi dénoncer cette abjection serait scandaleux.

Je ne pense pas que ce soit insultant de souligner le progrès considérable des mentalités qu’a opéré la gauche depuis quarante années.

Oui, le FN, s’il est un parti dans la République n’est en rien un parti républicain. Qu’on se le dise.