Méthodes génocidaires

10/08/2015 14:47

 Les bombes atomiques de Hiroshima, de Nagasaki ont inauguré un crime contre l’Humanité terrifiant, sans rapport aucun avec les armes classiques déjà si meurtrières et barbares. Mais peut-être que Roosevelt puis Truman se sont sentis le droit d’anéantir par deux fois les populations de villes ennemies importantes, prenant exemple sur le fameux Lord Jeffrey Amherst.

Cet anglais, si délicat et civilisé, né en 1717, organisa  l’envahissement de ses compatriotes en Amérique du Nord en pratiquant le génocide des indiens.

 Il écrivit: « Je suis tout à fait convaincu que la meilleure façon de traiter ces sauvages est de les maintenir en état de servitude et de punir sans exception toute transgression. »  Et quand il voit ces sauvages-là refuser l’esclavage et préférer se battre, il invente ce qui a été sans doute la première guerre bactériologique au monde. Il écrit en 1763 à son subalterne, le colonel Henri Bouquet, mercenaire d'origine suisse : «  Vous feriez bien d’infecter les indiens avec des couvertures ayant servi à des vérolés ainsi que d’utiliser tout autre moyen qui pourrait contribuer à  exterminer cette race maudite. »  « You will do well to try to innoculate the Indians by means of blankets, as well as every method that can serve to extirpate this execrable race. » 

Des couvertures furent distribuées à des membres de la tribu des Delaware lors du siège de Fort Détroit. Ainsi, en répandant la variole,  et en distribuant de l’alcool frelaté, ce Lord fut responsable de milliers de morts indiens, hommes, femmes, enfants. Il anéantit des villages entiers, faisant tuer atrocement tous les habitants. Ainsi, à un soldat qui hésitait à égorger un bébé, il lança cette phrase : « Tue le, les lentes deviennent les poux ! »

Si donc un si prestigieux Serviteur du Royaume de Grande Bretagne, fait  chevalier de l'Ordre du Bain en 1761 et titré, en 1776, baron Amherst of Holmesdale pour services rendus, se permet de telles monstruosités, les Présidents américains ont dû se sentir le droit d’appliquer une méthode simplement plus moderne qui en gardait l’esprit. Toucher le moral des troupes en en exterminant le peuple.

 

Noblesse oblige.