OXI, l'occasion unique d'une Europe sociale

05/07/2015 11:58

 

Le NON du peuple grec semble être une occasion unique de créer une Europe qui enfin serait fidèle à ses engagements de Lisbonne : une Europe de respect et de solidarité.

Et pour ce faire, il ne faut pas compter sur le FMI. Le buts officiel de cette institution rappelé ci-dessous habille de mots élégants et prometteurs une réalité froide et inhumaine qui ne se soucie pas du sort des personnes mais se met au service de la grande finance. Il veut seulement que ne se répète le krack de 1929, qui a vu de grosses fortunes s’effondrer.

Statuts du FMI

SES BUTS

ARTICLE I

 Buts Les buts du Fonds monétaire international sont les suivants :

i)                    Promouvoir la coopération monétaire internationale au moyen d’une institution permanente fournissant un mécanisme de consultation et de collaboration en ce qui concerne les problèmes monétaires internationaux.

ii)              Faciliter l’expansion et l’accroissement harmonieux du commerce international et contribuer ainsi à l’instauration et au maintien de niveaux élevés d’emploi et de revenu réel et au développement des ressources productives de tous les États membres, objectifs premiers de la politique économique.

iii)             Promouvoir la stabilité des changes, maintenir entre les États membres des régimes de change ordonnés et éviter les dépréciations concurrentielles des changes.

iv)            Aider à établir un système multilatéral de règlement des transactions courantes entre les États membres et à éliminer les restrictions de change qui entravent le développement du commerce mondial.

v)              Donner confiance aux États membres en mettant les ressources générales du Fonds temporairement à leur disposition moyennant des garanties adéquates, leur fournissant ainsi la possibilité de corriger les déséquilibres de leurs balances des paiements sans recourir à des mesures préjudiciables à la prospérité nationale ou internationale.

vi)            Conformément à ce qui précède, abréger la durée et réduire l’ampleur des déséquilibres des balances des paiements des États membres. Dans toutes ses politiques et décisions, le Fonds s’inspire des buts énoncés dans le présent article.

Il n’est guère possible d’exiger du FMI qu’il soit autre chose qu’une institution au service uniquement de la finance, du profit, de la productivité.

Par contre, en tant que citoyens européens,  nous avons aujourd’hui l’occasionunique d’exiger que l’Europe unie tienne ses engagements :

 

CHARTRE DES DROITS FONDAMENTAUX DE L’UNION EUROPEENNE

La Charte des droits fondamentaux comprend un préambule introductif et 54 articles répartis en 7 chapitres:

 

·         chapitre I: dignité (dignité humaine, droit à la vie, droit à l’intégrité de la personne, interdiction de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants, interdiction de l’esclavage et du travail forcé);

 

·         chapitre II: liberté (droits à la liberté et à la sûreté, respect de la vie privée et familiale, protection des données à caractère personnel, droit de se marier et droit de fonder une famille, liberté de pensée, de conscience et de religion, liberté d’expression et d’information, liberté de réunion et d’association, liberté des arts et des sciences, droit à l’éducation, liberté professionnelle et droit de travailler, liberté d’entreprise, droit de propriété, droit d’asile, protection en cas d’éloignement, d’expulsion et d’extradition)

 

·         chapitre III: égalité (égalité en droit, non-discrimination, diversité culturelle, religieuse et linguistique, égalité entre hommes et femmes, droits de l’enfant, droits des personnes âgées, intégration des personnes handicapées)

 

·         chapitre IV: solidarité (droit à l’information et à la consultation des travailleurs au sein de l’entreprise, droit de négociation et d’actions collectives, droit d’accès aux services de placement, protection en cas de licenciement injustifié, conditions de travail justes et équitables, interdiction du travail des enfants et protection des jeunes au travail, vie familiale et vie professionnelle, sécurité sociale et aide sociale, protection de la santé, accès aux services d’intérêt économique général, protection de l’environnement, protection des consommateurs)

 

·         chapitre V: citoyenneté (droits de vote et d’éligibilité aux élections au Parlement européen et aux élections municipales, droit à une bonne administration, droit d’accès aux documents, médiateur européen, droit de pétition, liberté de circulation et de séjour, protection diplomatique et consulaire)

 

·         chapitre VI: justice (droit à un recours effectif et à un tribunal impartial, présomption d’innocence et droits de la défense, principes de la légalité et de la proportionnalité des délits et des peines, droit à ne pas être jugé ou puni pénalement deux fois pour une même infraction)

 

Aujourd’hui, dans le bras de fer qui oppose le Gouvernement grec et son peuple aux Institutions européennes, il serait temps de rappeler aux quelques dirigeants européens qui, profitant de leur statut, utilisent la violence aveugle du FMI et son pur biseness à des fins nationalistes.

 

Que l’OXI rappelle à tous les objectifs humanitaires de l’Union européenne.

 

Alors nous pourrons tous remercier le peuple grec.