PAS DE PANIQUE

26/05/2016 13:55

 

 

La France est agitée ces jours par des troubles dont certains sont spectaculaires et peuvent inquiéter beaucoup de personnes. Mais ces agitations parties d’un mécontentement légitime de beaucoup face aux graves maladresses de François Hollande, sont honteusement récupérées par une infime minorité de la population réunie dans un syndicat pour tenter de sauver son organisation en décomposition.

Pour moi, il est clair que la CGT que « les affaires » ont sérieusement malmenés, saute sur l’occasion d’un mécontentement général  pour tenter de redorer un blason bien terni et enrayer ses pertes importantes d’adhérents dans de nombreux secteurs, avec le risque inévitable que d’autres syndicats, plus intelligents, la dépassent.

La CGT a (pour moi) gardé ses réflexes staliniens faits de coups de violences physiques, de grands coups de gueule en place de réflexion. La loi du travail, que beaucoup ont contesté et qui est adopté que ça plaise ou non (mais rien n’est définitif) est l’occasion d’exprimer une vision du syndicalisme qui  se cramponnent aux avantages du passé au détriment de ceux qu’ils sont censés défendre. La CGT, dont une poignée de permanents ayant à justifier leur salaire, à l’abri de leur bureau, comme des officiers d’Etat Major, concoctent des plans visant à paralyser le Pays, provoquant avec un grand sentiment de triomphe, le désarroi de millions de citoyens qui ont choisi de ne pas être encarté à la CGT.

Qu’un syndicat tente d’enfoncer un Pays qui commence à se relever en préférant la force des muscles à la sagesse du cerveau est, selon moi, totalement irresponsable, et vient confirmer le fait qu’il n’est plus adapté à son époque.

Les méthodes de la CGT sont le signe d’un mépris profond envers les travailleurs toutes catégories, y compris les patrons des petites entreprises qu’il étrangle

Et pourtant que de combats, intelligents, à mener pour contrer ceux qui nous exploitent. Les manifestants qui n’ont pas pu voir « Cash Investigation, sur la 2, aurait compris qu’il faut effectivement se battre, mais pas si stupidement, en remettant, comme le fait la CGT, des chômeurs sur le carreau !