POUR UNE EUROPE DEMOCRATIQUE

15/07/2015 13:21

 

Pouria Amirshahi a publié ce 15 juillet dans Médiapart un billet intitulé

                                       « Grèce : sortir du piège ».

Ce billet a suscité beaucoup de réponses d’une grande diversité, mais qui traduisent toutes, m’a-t-il semblé, de la perplexité, voire une immense impuissance.

Or je me demande s’il n’y aurait pas une solution qui permettrait de dépasser les clivages, de donner à tous les habitants de l’Europe, immigrés y compris, de dire leur refus d’une Europe Schäublerienne, celle qui permet la seule prospérité des puissances financières.

Cette solution ? Lancer un référendum hors Institutions, c'est-à-dire une pétition promue dans le cadre de « Change », par exemple et écrite dans les diverses langues de l’UE.

Sa rédaction, rédigée par les membres de Médiapart désireux d’y participer, dénoncerait la caricature d’Europe qu’a donnée à voir le ministre des Finances allemand. Ce dernier vient, grâce à la manifestation malsaine de sa jouissance d’une victoire assassine, de se mettre à nu. L’exposition claire de sa conception de l’Europe et de ses conséquences, pourrait inciter bien des personnes de tout âge et condition à refuser l’avenir mortifère auquel nous sommes condamnés.

A présent, nous savons à quelle sauce des dirigeants allemands veulent nous manger.

Ce référendum dirait le refus des signataires de tout âge de vivre dans l’Europe-prison qui est actuellement imposée aux peuples. Ils exigeraient la démission de ce Schäuble qui incarne une Europe anti-démocratique, et la suppression pure et simple de l’Euro-groupe  présidé par Jeroen Dijsselbloem, qui n’a aucune existence légale et s’est révélé être le complice du ministre allemand.

Le but de cette démarche serait la réorientation de l’Europe au service des démocraties, dans le respect de la chartre des Droits fondamentaux de l’Humanité

 

Ainsi, si nous y croyons nous-mêmes, ce serait un magnifique ΌΧΙ .à l’Europe d’aujourd’hui que nous obtiendrions de la part d’une majorité de personnes qui n’en connaissait pas les enjeux et les subissait sans savoir. Et en plus ce serait un hommage au  combat courageux que livre le peuple grec aujourd’hui, et notre reprise du témoin.

 

Voici ce qui me semble être une solution concrète, et peut-être efficace, si notre révolte ne se contente pas de vœux pieux.