Questions sans encore de réponses concernant E.Macron

28/03/2017 11:18

Emmanuel Macron grimpe dans les sondages au point de dépasser Marine Le Pen au premier tour (prévision à valeur relative).

Pour moi ce serait une bonne nouvelle si ce n’étaient les nombreuses questions restées sans réponses qui entretiennent un flou dérangeant. Il ne faudrait renouveler avec ce monsieur la désastreuse découverte de ce Fillon que l’on croyait parangon de vertu.

La gêne que j’éprouve est due à un tract que m’a transmis un couple ami voici une semaine. D’emblée, je me suis méfié tant le message non signé tentait d’asséner des idées à coup de couleurs différentes, de lettres grasses et sous-lignées, de mots très lourds tel que « escroc », bref un document si grossier qu’il aurait exigé d’être jeté à la poubelle sans être lu.

Et pourtant je l’ai lu, conservé, tenté de l’étudier, et finalement confié à « French Leaks » de Médiapart, sans avoir encore de retour.

Le gros titre en capitales rouge de ce tract annonce :  

MACRON : "UN CADEAU DE 14 MILLIARDS D’EUROS À PATRICK DRAHI EN ECHANGE D’UNE CAMPAGNE MÉDIATIQUE"

Patrick Drahi est le président-fondateur du consortium luxembourgeois Altice. Il est propriétaire d'une holding personnelle[5], Next Limited Partnership[6], immatriculée à Guernesey. Altice est le principal actionnaire de l'opérateur français SFR Group, de Virgin Mobile, de l'opérateur israélien Hot, mais aussi Portugal Telecom, Orange Dominicana et l'américain Suddenlink. SFR Group est propriétaire des médias Libération et L'Express.

Le 28 octobre 2014, le tout nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron autorisait le rachat de SFR par Patrick Drahi contre l’avis de son prédécesseur Arnaud Montebourg. 

Dans les 6 mois qui ont suivi cette décision, la valeur du groupe de Drahi a plus que doublé et a fait gagner plus de 14 milliards d’euro à ses actionnaires.

 Macron a floué l’état français car il a choisi un groupe qui paye très peu d’impôts en France. 

Montebourg craignait que le rachat de SFR par Altice ne se traduise par une gigantesque évasion fiscale. 

En 2014, Montebourg pointe Drahi alors qu’il est ministre, des enquêtes fiscales sont alors diligentées par Bercy et ses déclarations ci-dessous sont sans ambiguïté:
«  Numericable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotée à la Bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est à Guernesey dans un paradis fiscal de:  Sa Majesté la reine d’Angleterre, et lui-même est résident Suisse !    Il va falloir que M. Drahi rapatrie l’ensemble de ses possessions, biens, à Paris, en France. Nous avons des questions fiscales à lui poser ! ».

Par ailleurs Drahi fera le plus grand plan social de 2016 en licenciant 5000 personnes chez SFR

Pour remercier Macron,  Drahi a mis son groupe de médias à disposition de sa campagne electorale et a organisé un raound médiatique sans précédent en faveur de Macron.

Ce soutien s’organise d’ailleurs de manière tout à fait évidente. Un proche de Patrick Drahi, patron du pôle médias du groupe Altice, Bernard Mourad, rejoint Macron pour   organiser son mouvement « En Marche » en Octobre 2016. 

Bernard Mourad, ancien banquier de Patrick Drahi, s’était plus particulièrement occupé, en 2014, de l’opération de rachat de SFR. 

Depuis Février 2015 ce Bernard Mourad est le patron de la branche média du groupe Altice, c’est-à-dire la personne qui dirige l’Express, Libération, BFM TV et RMC.

 En autorisant le rachat de SFR, Macron a fait d’une pierre deux coups:

Cette opération se révèle en effet fort juteuse pour le clan Macron, puisque la Banque d’affaires  qui se charge de cette vente n’est autre que la banque Lazard. 

La banque Lazard est dirigée en France par Mathieu Pigasse, propriétaire du journal Le Monde et soutien essentiel de la campagne d’Emmanuel Macron.   Les banques d’affaires toucheront de l’ordre de 260 million d’euro de commissions sur ce deal. 

Voici le tract que j’ai reçu et retranscris plus neutre qu’il n’est (Sur-lignage, couleurs, etc). Il est, comme tout tract partisan et provocateur, et présenté comme information alors qu’il est avant tout l’avis d’une personne, son interprétation des faits.

Ce document me trouble car s’il dit vrai, nous aurions à faire avec le parcours d’Emmanuel Macron à une stratégie savamment élaborée, ce qui n’est pas en soi un défaut, au contraire mais qui pose question quant à l’égalité des chances chez les concurrents et qui pourrait ancrer son promoteur dans le milieu ultra libéral plus que social libéral.

Je ne suis en rien spécialiste et plutôt ignare en matière d’économie, mais il me semble essentiel que des experts puissent éclairer ma lanterne et celle des électeurs. Monsieur Macron est-il un homme honnête ou l’hologramme de Fillon ?