Qui veut la mort du "refuge"?

22/11/2014 19:42

 

Pour qui ne connait pas « le refuge », il s’agit d’une association implantée sur tout le territoire, ou presque, et qui « soutient les victimes d’homophobie ». Elle est la seule association de ce type à être reconnue d’utilité publique.

Or  l’article récent (19 XI) d’un journaliste de rue 89 (lisez l’OBS), un certain David Perrotin a exploré les « coulisses » de cette association et en a découvert ce qui paraît être des abominations.

L’article, assez long, titre et sous titres suffisamment importants et assassins pour attirer l’attention, suggèrent un contenu, dramatique et  catastrophique. Tout ce qu’il faut pour appâter le chaland.

Et je fus ce chaland.

Et ce que je découvris m’est en effet apparu scandaleux.

Je m’attendais en effet à des abus de faiblesse faits par des non-professionnels, bénévoles non formés, qui, attirés par la souffrance de jeunes homosexuels peuvent profiter de la situation. Sadisme, manipulation, exploitation, violence…J’imaginais des détournements d’argent et autre malhonnêteté de la part de dirigeants, comme la presse nous en tartine à longueur d’infos. C’est vrai qu’il doit bien exister par ci par là des dysfonctionnements, comme dans toute entreprise humaine, inévitables mais non excusables pour autant, mais là, les crimes commis par « le refuge »consistaient à servir des pots de yaourt dont la date de péremption dépassait de trois jours ou de anicroches invérifiables, comme il s’en passe quotidiennement dans les cours de récré. Pas de quoi fouetter un chat !

Mais ce que je crois avoir compris, c’est que d’autres associations qui, par ailleurs, font un boulot difficile mais indispensable, tout  comme « le refuge », touchent moins d’argent et surtout « ne bénéficie pas du soutien officiel et affirmé » de Madame Taubira, et ça, ça se digère difficilement !

Rivalités, jalousie, qu’il est difficile d’être humain !

Et puis, à cette époque d’homophobie sournoise, n’y aurait-il pas quelque marcheur zélé qui susurre aux média dont la mode semble être à présent à la chasse aux sorcières, de discréditer ceux qui prennent les vertus républicaines trop au sérieux.

Un de mes billets précédents posait cette question : « Qu’est-ce qu’informer ? ». Dans les cas de cet article nous avons un bel exemple de désinformation, écrit  dans l’intention de nuire à des personnes qui tentent, je suppose, ne les connaissant  pas, de faire, avec d’autres bien sûr, un travail difficile et indispensable.

Le journaliste qui , selon moi bien sûr, a écrit cet article en vue de nuire à une association, ne sait-il pas que son travail de sape peut être criminel. Que des jeunes gens lisant l’article pourraient hésiter à se faire aider et céder au désespoir.

Monsieur Perrotin, attaquez-vous plutôt aux réseaux de drogues, c’est plus dangereux certes, mais là vous feriez œuvre utile
.