Un pan de la révolution se construit

07/03/2016 14:04

 

Un pan de la révolution se construit ?

Voici quelques semaines de cela, je disais attendre avec impatience ce grand coup de pied dans la fourmilière qu’était la réforme du code du travail. Je le qualifiais de BOMBE et espérais l’effet de son souffle.

Et la bombe explose, malgré ce qui devait en atténué la violence : le rapport Badinter.

Sort le projet de loi El Khomri.

 Bien sûr qu’il dérange, et c’est le principal. Il dérange les syndicats dont la majorité défend déjà sa survie avant de se préoccuper de ses adhérents, et souvent de manière corporatiste et rétrograde, ignorant superbement la masse des chômeurs qui cherchent du travail. Il dérange le syndicat patronal Gattaz qui trouve qu’on ne saigne pas assez les travailleurs, et qu’on lui limite ses profits. Il dérange les travailleurs qui se méfient de tous, Gouvernement en premier, élus en second, et le reste à l’avenant, constatant que dans certains secteurs, ces temps-ci, ils gagnent encore moins.

Dans une atmosphère d’inquiétude rarement atteinte, les français se focalisent sur ce projet de loi et ils ont raison. Comment faire confiance en un Gouvernement qui donne le sentiment de perdre les pédales, le Président en tête avec sa réaction populiste digne d’une Le Pen, la déchéance de nationalité. Quel oubli des valeurs !

Alors ?

Alors le premier bénéfice est que le peuple se réveille et oublie le « tous pourris » en découvrant que la politique est affaire sérieuse, et qu’ils ont raison de commencer à s’y intéresser eux-aussi.

Le second bénéfice se voit à travers les initiatives qui surgissent, nombreuses, et peuvent changer la donne.

A présent, mon espoir est repoussé jusqu’à septembre. Il faut attendre la proposition du Groupe de Recherche Pour un Autre Code du Travail (GR-PACT). C’est un article de Médiapart qui m’en a appris l’existence. (Des chercheurs proposent un autre code du travail, signé Rachida El Azzouzi)

Ce groupe, composé d’universitaires juristes de divers horizons, planche de puis quelques mois, en assurant qu’il ne sert la soupe de personne mais a la volonté de créer un code adapté à une époque qui n’est plus le XIXème siècle, au service du monde du travail. Une révolution.

Donc, je patiente, j’attends encore quelques mois. Espérance !